Situation du français: «Il ne faut pas jouer à l’autruche»

MARIE PIER LÉCUYER | INFO07.COM | 22/05/2016

À ceux qui estiment que la langue française n’est pas si menacée par l’anglais, le président d’Impératif français Jean-Paul Perreault répond de manière incisive: l’érosion du français est évidente et il ne faut pas se mettre la tête dans le sable.

«Il ne faut pas jouer à l’autruche», déplore-t-il face à cette hypothèse.

 À ses yeux, il est évident que la situation du française se détériore. «Il suffit de se présenter dans un établissement de Montréal ou de l’Outaouais ou au gouvernement fédéral sur le territoire du Québec pour constater qu’il y a un recul du français», constate-t-il.

Recherche sur la langue de sites web d'entreprises à Montréal : 31 % en anglais seulement

LA PRESSE CANADIENNE | QUÉBEC.HUFFINGTONPOST.CA | 19/05/2016

Une recherche effectuée sur la langue des sites Internet d'entreprises situées dans le parc industriel de l'arrondissement Saint-Laurent à Montréal a révélé que 31 pour cent d'entre elles avaient un site en anglais seulement.

De plus, 38 pour cent d'entre elles avaient une page d'accueil uniquement en anglais.

La recherche a été réalisée par Jean Archambault, un militant des questions linguistiques qui possède un doctorat en sciences politiques. Son étude a été présentée jeudi par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB-M).

Le Québec est encore, et pour longtemps, champion du bilinguisme au Canada

MICHEL PAILLÉ | QUÉBEC.HUFFINGTONPOST.CA | 08/05/2016

Périodiquement, on peut lire les propos de certains commentateurs alléguant un soi-disant refus de l'anglais au Québec. Rappelons qu'à l'automne 2012, M. Stephen A. Jarislowsky, président d'une importante société de placements, nous avait servi quelques semonces. À l'entendre, le Québec voulait «maintenir le peuple dans l'ignorance» en supprimant «l'anglais pour que le français puisse survivre». Il osait ajouter que «nulle part ailleurs [qu'au Québec], l'apprentissage de l'anglais n'est découragé». Devant de telles billevesées, j'ai réagi ici-même le 18 octobre 2012 dans le Huffington Post Québec.

Les lunettes roses du Ministre Fournier

MAXIME LAPORTE | PLUS.LAPRESSE.CA | 15/03/2016 

Il semble que Jean-Marc Fournier et moi ayons un point en commun. Nous tenons tous deux au rayonnement et à la pérennité de la langue française sur ce continent. En cela, nous sommes «Ensemble pour le français», comme l’indique le titre de son texte paru ce mardi dans La Presse+. Cependant, force est de constater que nous sommes très loin de poser le même diagnostic sur l’évolution de notre réalité linguistique. Pour ce qui est des remèdes à apporter, il est probable que nous ne nous entendrons jamais.

Dans sa lettre ouverte, le Ministre québécois de la Francophonie canadienne nous fait part de sa lecture fort enthousiaste de l’état de santé du français au Québec et au Canada. Monsieur Fournier cherche à nous convaincre que nous aurions tort de ne pas nous réjouir, à la veille du 150e de la «Fédération», de la place occupée par le français sur le sous-continent canadien.