Accueil / Québec / Au Canada, dire «fuck» en français n’est pas aussi vulgaire qu’en anglais

Au Canada, dire «fuck» en français n’est pas aussi vulgaire qu’en anglais

Le juron « fuck» est l’un des emprunts linguistiques les plus utilisés présentement au Québec.

MQF – 09/11/2017

Mince alors ! Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision a affirmé, à la suite d’une plainte d’un auditeur, que l’insulte « fuck » n’avait pas « la même connotation vulgaire qu’en anglais » si celle-ci était prononcée dans une émission francophone.

Si vous êtes francophone et souhaitez vous lâcher sur les ondes canadiennes, sachez que vous pourrez en toute impunité cracher un «fuck». C’est ce qu’affirme en tous les cas le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) qui, après la plainte d’un auditeur d’une radio en langue française au Québec, a estimé que l’insulte «fuck» en français «n’a pas la même connotation vulgaire» qu’en anglais.

Si, précédemment, le CCNR avait statué «que le mot ‘fuck’ constituait du langage ‘pour adultes’, même dans une émission francophone», il a finalement estimé dans son avis ce mercredi 8 novembre, que l’insulte «n’a pas la même connotation vulgaire qu’en anglais». Une manière de sous-entendre qu’une insulte prononcée en langue étrangère ne possède pas la même charge mentale que dans notre langue maternelle, ainsi que le pensait déjà une chercheuse finlandaise en avril dernier ? Peut-être…

«Le langage évolue»

Pour rappel, l’auditeur avait eu les oreilles froissées en écoutant une radio francophone qui avait diffusé une diatribe de Madonna contre le président Donald Trump lors de la marche des femmes à Washington en janvier. La chanteuse avait lâché un «fuck you» retentissant à la manifestation le 21 janvier, repris dans son contexte sur les ondes, généralement couvert par un «bip» sonore sur les radios en langue anglaise.

Plutôt que de bannir cette insulte à la radio ou à la télévision, utilisée parfois à répétition par des artistes dans certaines émissions, le CCNR estime qu’il «vaudrait mieux désormais insister» pour que les radios et les télévisions «fournissent les mises en garde appropriées» à leurs auditeurs.

Le gendarme de l’audiovisuel relève aussi dans son avis «que le langage évolue»: l’utilisation de propos fleuris doit aussi être vue comme un «reflet de la société actuelle». Ceci dit, l’utilisation du mot «fuck» doit rester «occasionnelle» et «le mot ne doit pas être utilisé pour insulter ou attaquer un individu ou un groupe», demande le CCNR, oubliant au passage que l’intervention de Madonna pouvait viser une personne en particulier.

09/11/2017 – LE FIGARO

 

Commentaires

Voir aussi

Montréal, une ville bilingue?

Que la mairesse Valérie Plante bilinguise ou non les services publics à Montréal, le statu …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes