Accueil / Québec / Francophonie : ne pas se laisser assimiler

Francophonie : ne pas se laisser assimiler

Cette Université d’été sur la francophonie des Amériques est une excellente initiative.  ─ MQF

L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sera l’hôte de la 5e édition de l’Université d’été sur la francophonie des Amériques, du 5 au 11 juin, en collaboration avec l’Université de Moncton. C’est une occasion de se rappeler que la préservation du français n’est jamais acquise.

Il s’agit d’une formation de haut niveau qui s’adresse plus particulièrement aux étudiants de 2e et 3e cycle, aux professionnels et aux journalistes.

« C’est une occasion unique de porter un regard renouvelé sur la francophonie au sein de nos continents. L’institution est heureuse de pouvoir être l’hôte d’un tel événement où étudiants, chercheurs et professionnels seront réunis pour discuter de cet enjeu pour le moins important dans le contexte de diversité culturelle au sein duquel nous évoluons », a souligné le recteur de l’UQAC, Martin Gauthier.

Ne pas se laisser assimiler

« Dans les milieux majoritaires, on prend la francophonie pour acquis. On ne travaille pas cette langue, cette culture, cette identité et je pense qu’on en a énormément besoin. On a besoin de la francophonie qui résiste, comme en Louisiane, ou les francophones se battent auprès des autorités, des gouvernements et des municipalités pour s’assurer d’avoir des services en français et de l’affichage en français », a affirmé le président-directeur général du Centre de la francophonie des Amériques, Denis Desgagné.

Ce dernier a soutenu que le statu quo n’existe pas, soit on va d’un côté soit de l’autre.

« Soit on s’assimile par osmose sans le savoir et qu’on appelle les choses avec des anglicismes, comme un parking ou un chewing-gum, ou on a encore cette résistance pour ne pas appeler des courriels, des emails. On a beaucoup à apprendre à connaître cette francophonie des Amériques, cette belle diversité d’accents, de couleurs, de saveurs et c’est ce que l’on va faire vivre ici, à l’UQAC », a-t-il ajouté.

Programme

Les participants assisteront à 45 heures de cours, sur sept jours de formations, composés de rencontre pluridisciplinaire pouvant prendre la forme de conférences, d’ateliers et de tables rondes.

Ce programme est offert tous les deux ans et réunit une quarantaine de participants provenant des quatre coins du continent, ainsi que d’une trentaine d’intervenants de tous les domaines.

Cette édition aura lieu sous la présidence d’honneur du professeur de l’UQAC, Gérard Bouchard, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs.

16/11/2016 – MALTAIS, Audrey-Anne
http://www.courrierdusaguenay.com/actualites/2016/11/16/universite-d-ete–faire-vivre-la-francophonie-dans-les-ameriques.html

Commentaires

Voir aussi

La retraite militante d’Yvon Godin

Merci à Yvon Godin, grand défenseur des Franco-canadiens. MQF – 17/12/2017 En 18 ans de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes