Le français, langue la plus facilement reconnaissable au monde

Un regard sympathique sur notre belle langue française

MQF – 31/01/2018

Une étude publiée à partir du jeu de devinettes en ligne « The Great Language Game » (grand jeu des langues) montre que le français est la langue la plus facilement reconnaissable.

Pensez-vous pouvoir faire la différence entre l’arabe, le russe, le swahili et le thaï? À partir d’enregistrements audio, le «Great Language Game» (grand jeu des langues) vous permet de tester vos capacités à reconnaître les langues parmi une liste de propositions. 15 millions de tentatives d’internautes, sur 400 extraits audio de 78 langues différentes, ont permis aux chercheurs d’établir une liste des langues les plus reconnues par les internautes.

La langue de Molière atteint un taux de réussite de 93,63%, suivi de l’allemand et de l’espagnol. Le kannada, parlé par moins de 40 000 personnes dans le sud de l’Inde, est au contraire la langue la moins reconnue d’après les résultats.

Des résultats à prendre avec des pincettes

Le kannada et le punjabi ont été les plus grandes sources de confusion, lorsque les deux réponses étaient proposées, à l’inverse du français et du vietnamien qui ont été les moins associés. Les chercheurs montrent que les raisons de cet imbroglio entre les langues sont plus liées à la proximité géographique qu’aux similitudes phonologiques, généalogiques ou lexicales. C’est ce qui explique les nombreuses erreurs entre le roumain et le bulgare, par exemple, qui partagent une frontière commune mais n’ont aucun lien linguistique.

Des résultats à prendre avec des pincettes, comme en avertit Mashable. La qualité des enregistrements peut d’abord avoir nui à la compréhension. Le jeu en ligne ne propose aussi qu’un échantillon de 78 langues sur les 7 000 langues parlées aujourd’hui dans le monde. Les adresses IP des internautes ont montré que plus de 139 millions des réponses étaient données par des joueurs d’Europe et d’Amérique du Nord. Les langues indo-européennes sont alors privilégiées, au détriment des autres langues. Rappelons enfin, que la renommée internationale d’un pays, la fréquence d’apparition de sa langue dans les médias et sur les réseaux ne sont pas sans avoir des conséquences sur ces résultats.

Flattons-nous toutefois de ce résultat. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut crier cocorico!

31/01/2018 – ROLLAND-GOSSELIN, Anne-Gabrielle

 

Commentaires

Voir aussi

Québec sommé de respecter la loi 104

14% de la fonction publique à l’anglais comme langue de travail. Cela équivaut à 135 000 emplois et …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes