Le français en danger au Québec?

Article de Jean Nicolas Aubé, Agence QMI, Canoé, 24-06-09

«On est entrain de recréer le grand rêve de Trudeau au Québec en créant un Canada inversé», constate pour sa part Luc Thériault, président du Mouvement Montréal Français.

Si le gouvernement n’applique pas la loi 101 de manière plus rigoureuse dans le futur, la langue française pourrait bien encaisser un coup dur au profit de l’anglais au cours des prochaines années au Québec.

Fête du Québec ou fête du français?

Voilà l’avertissement qu’ont lancé mercredi un regroupement d’organismes de défense de la langue en marge des célébrations entourant la Saint-Jean Baptiste.

Menacé

«Les prévisions démographiques pointent vers un déclin du français. Les francophones sont devenus minoritaires sur l’île de Montréal et le français comme langue d’usage au foyer est aussi minoritaire», déplore Mario Beaulieu.

Rappelant les données d’un récent sondage sur la question, le président de la Société Saint-Jean Baptiste (SSJB), Mario Beaulieu, avance que 90% des Québécois considèrent déjà que le français est menacé au Québec.

Cercle vicieux

«On est entrain de recréer le grand rêve de Trudeau au Québec en créant un Canada inversé», constate pour sa part Luc Thériault, président du Mouvement Montréal Français.

«La langue est en net recul à Montréal. Quand on regarde au quotidien le fait que la langue est bafouée en certains endroits, ça devient un problème.» Ce dernier précise que la Métropole est entrainée dans un véritable cercle vicieux linguistique alors que «l’espace public montréalais est de plus en plus bilingue ce qui encourage les nouveaux arrivants à s’angliciser».

Agir

Des propos qui rejoignent sensiblement ceux de Jean-Paul Perrault, président du mouvement Impératif Français qui estime que «le gouvernement agit de manière irresponsable à l’endroit de l’identité québécoise et de la langue».

«Le gouvernement doit cesser de se cacher derrière une langue de bois et le peuple doit se dire collectivement qu’il vit en français et non en anglais», prétend M. Perrault. Il y a maintenant 32 ans que le gouvernement du Québec a adopté la loi 101. L’objectif initial de cette dernière était de faire du français la seule langue officielle au Québec.

Source : http://www2.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2009/06/20090624-13031...