Une prime au bilinguisme pour 40 employés de la Ville

Article de David Bombardier paru dans La Tribune du 23 septembre 2011.

À Sherbrooke, la prime au bilinguisme est totalement passée sous le radar lorsqu'elle a été accordée par les élus, il y a deux ans, lors du renouvellement de la convention collective des syndiqués cols blancs. Il s'agissait alors d'une première dans une municipalité du Québec. Le syndicat en faisait la demande depuis plusieurs années, indique Alain Thomas, conseiller principal aux relations avec les employés à la Ville.

Au total, 40 employés qui traitent directement avec la population reçoivent une prime de 45 cents de l'heure (environ 800 $ par année) parce qu'ils ont une maîtrise suffisante de l'anglais et qu'ils doivent parfois utiliser cette langue dans le cadre de leur travail.

Lire l'article