Le Mouvement Québec français renaît

Le président du Mouvement Québec français, Mario Beaulieu, était de passage à Gaspé, mercredi, dans le cadre d'une tournée qui le mènera aux 4 coins de la province.

L'organisation craint encore et toujours pour l'avenir du français, notamment plus près de Montréal. Toutefois, selon le Mouvement Québec français, le MQF, les régions du Québec plus éloignées de la métropole seront pénalisées par le financement trop généreux des institutions anglophones.

Ces institutions comme les universités, les cégeps et les hôpitaux, sont, on le sait, d'importants moteurs économiques, notamment parce qu'ils nécessitent une grande quantité de main-d'oeuvre. Selon les chiffres du MQF, 25 % du financement universitaire et 16 % du financement collégial vont à des établissements anglophones, alors que moins de 10 % de la population québécoise est de langue maternelle anglaise.

Les jeunes anglophones risquent donc de se concentrer à Montréal et vider les régions de leur plus grande richesse, leur relève.

Pour défendre un autre argument, le Mouvement utilise le constat du sur-financement pour ramener le débat autour de la loi 101 à l'avant-plan.

Selon Mario Beaulieu, cette façon de faire le financement ne pousse pas les immigrants à apprendre le français puisque ceux-ci peuvent obtenir tous les services en anglais.

Lire l'article