Anglais au primaire: un peu tôt

Article de Serge Paré publié dans Le Soleil le 7 février 2012

photo le soleil

Que faire à l'école? L'expérience suisse, entre autres, peut nous instruire. Après avoir pratiqué l'enseignement simultané de deux langues sur une période de plus de six ans, nos autres cousins se sont rendu compte que les enfants manquaient de points de repère, avaient des difficultés d'expression et d'interprétation.

Il est évident que la maîtrise de sa langue maternelle est un formidable tremplin pour apprendre, par la suite, toutes les langues du monde. Il faut, en effet, des repères pour s'orienter, interpréter et pour s'exprimer. Ainsi, c'est au secondaire que l'on devrait offrir des cours d'anglais intensifs. Les étudiants pourraient compter sur un vocabulaire plus étendu et une meilleure compréhension de la structure des langues.

Voir dans Le Soleil

Fichier jointTaille
208989-lieu-passer-loi-permet-riches_1.jpg24.18 Ko

Commentaires (1)

QS : "On doit parler aux experts!"

C'est surprenant tout de même. Samedi, la langue était au coeur de l'actualité. C'était la priorité de QS, devant la porte d'une manifestation non-partisane du MMF. Là, on a omis de la mettre dans les trois priorités des prochains mois. Je vous laisse juger.

Pour être plus précis, dans l’entrevu à l’Assemblée Nationale concernant la langue :
• Langue anglaise en 6e année…on doit parler aux experts!
• Cégep français, ceci est mineur… pour le moment!

http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/AudioVideo-39739.html