Langue de travail

Article de Dominique La Haye de l'Agence QMI publié sur Canoé le 28 février 2012

Le NPD accuse le gouvernement Harper d'avoir fait des promesses vides en annonçant, il y a trois mois, la création d'un comité n'ayant pas encore vu le jour, afin d'étudier le problème de la langue de travail au Québec dans les entreprises relevant du fédéral.

photo canoe

Le ministre de l'Industrie, Christian Paradis, avait annoncé de façon inopinée en novembre la création de ce comité consultatif.

Le geste avait été perçu par le NPD comme une tentative ni plus ni moins de tuer dans l'œuf son projet de loi intitulé Loi modifiant le Code canadien du travail, que le parti venait de déposer aux Communes. Celui-ci vise à obliger les entreprises situées au Québec, mais qui relèvent du fédéral comme certaines banques, à permettre à leurs employés de travailler en français.

Alors qu'un vote en deuxième lecture du projet de loi doit avoir lieu demain, le NPD fait remarquer qu'aucun comité n'a encore vu le jour.

Fichier jointTaille
20120228-060210-g.jpg13.13 Ko