Une patiente de l'hôpital Royal Victoria doit engager une traductrice

Article de Paul Journet publié dans La Presse le 29 mars 2012

«Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, dit juger «inacceptable» qu'une octogénaire ait dû engager à ses frais une bénéficiaire pour être soignée en français à l'hôpital Royal Victoria. Après une conférence de presse du PQ sur le sujet jeudi, il a envoyé une note aux agences de santé pour leur rappeler leurs obligations. Mais il n'avait rien fait il y a moins d'un mois quand il en avait été avisé par la famille.»

photo bolduc

«L'hôpital Royal Victoria a le mandat de desservir la communauté anglophone, mais cela ne le dégage pas de sa responsabilité de devoir aussi offrir des soins en français. Malgré tout, sa mère n'a pas pu recevoir de soins en français, même si elle ne maîtrise pas l'anglais. «En plus, elle souffre d'Alzheimer, raconte-t-il. Elle mélange parfois les mots. Si on la transfère du lit à sa chaise, il faut répéter des consignes simples pour qu'elle comprenne. Quand on lui parle en anglais en plus, ça devient invivable. Ça peut lui causer beaucoup de stress. Imaginez quand le préposé vient lui changer sa couche la nuit et qu'elle ne comprend pas ce qu'il veut faire.»

L'article complet dans La Presse

Fichier jointTaille
432391-ministre-sante-yves-bolduc.jpg18.49 Ko

Commentaires (1)

Le CSSS de Laval

Si le statut du CUSUM est bilingue alors pourquoi les employés ne le sont-ils pas ? Chaque fois que j'ai eu a téléphoner au Royal Victoria dans le cadre de mes fonctions, le personnel m'a toujours répondu en anglais uniquement et je dois insister pour que l'on me parle en français.

La Cité de la Santé de Laval est un centre hospitalier francophone dont l'Agence de santé et des services sociaux en collaboration avec le CSSS de Laval s'empressent a payer des cours d'anglais aux employés de l'urgence du centre hospitalier afin de déservir la clientèle minoritaire anglophone de la région.

J'appuis les dire de M. Yves-François Blanchet qui mentionne dans l'article ci-haut «Le respect de langue commune, le français, est devenu facultatif», Il accuse la «culture de complaisance» du gouvernement libéral d'être responsable de cette dérive.

J'ajouterai que dans tout les services publiques, le gouvernement ne fait qu'encourager l'anglicisation.

Manon Arsenault, Agente Administratif CSSS de Laval