Insulté, Wilfred Le Bouthillier refuse de se taire

SYLVIE MOUSSEAU
L'ACADIE NOUVELLE | 02 JUILLET 2014
 

Bien que ce soit un cas isolé, le chanteur Wilfred Le Bouthillier, qui s’est fait injurier par un spectateur anglophone frustré lors du concert de la fête du Canada à Moncton, estime qu’il faut dénoncer ces situations afin qu’elles ne se répètent plus.

Wilfred Le Bouthillier était l’une des trois têtes d’affiche du concert de la Fête nationale, mardi, au centre-ville de Moncton, avec les groupes Angry Candy et Platinum Blonde. Il assurait la portion francophone du spectacle. Après quelques chansons, le chanteur acadien s’est fait insulter par un spectateur qui lui a crié de chanter en anglais.


Le Canada veut remplacer l’Afrique à la tête de la francophonie

MICHEL GOURDE
LE MATIN DZ ALGÉRIE | 01 JUILLET 2014

 

Le choix du remplaçant d’Abdou Diouf qui quittera cet automne la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie est une pomme de discorde entre le Nord et le Sud. Le Canada qui est un pays bilingue avec une population francophone décroissante tente de placer sa candidate à la direction de cet organisme. Même si le Canada fait du lobbying pour sa candidate, aucun candidat sérieux ne semble se dessiner pour remplacer Abdou Diouf.


BonjourHi

NORMAND BREAULT
LE DEVOIR | 30 JUIN 2014
 

BonjourHi ! (sans trait d’union parce que c’est dit tout d’un trait), voilà l’étrange salutation qu’on nous assène [...] dans de trop nombreux restaurants et commerces de Montréal.

BonjourHi !, c’est une offense au français, seule langue officielle du Québec ; c’est une offense à tous les francophones qui y habitent ou qui viennent nous visiter.


Les compressions budgétaires en francisation : ça suffit !

TANIA LONGPRÉ
LE JOURNAL DE MONTRÉAL | 26 JUIN 2014

Ce matin,le Devoir nous apprenait que le Ministère de l’Immigration devait retrancher 8,7 % de son budget de 303 millions, dont 3 millions au chapitre de la francisation et de l’intégration des immigrants. La ministre Kathleen Weil affirmait qu’il n’y aurait « aucun impact » sur les services, puisque la demande en francisation est plus faible étant donné qu’il y a moins de réfugiés au Québec et parce que les immigrants récents se retrouvent sur le marché du travail. Elle a raison, mais ce ne sont pas de bonnes nouvelles.


S'enraciner pour s'épanouir

TANIA LONGPRÉ
LE JOURNAL DE MONTRÉAL | 24 JUIN 2014

Hier, dans ma classe de francisation pour adultes immigrants, un étudiant m’a demandé pourquoi nous étions en congé le 24 juin. « Pour la fête nationale » lui ai-je répondu ? En fronçant les sourcils, il me demande si ce n’est pas plutôt le 1er juillet, la fête nationale. Je lui explique que le premier juillet est le jour anniversaire de la confédération. Surpris, il me demande pourquoi le Québec a une fête nationale alors que nous n’avons pas « divorcé » du Canada. Cette anecdote m’a fait rire, mais elle est symptomatique d’une incompréhension politique chez nos nouveaux arrivants.