Pipeline Énergie Est - Une coalition exige la suspension des travaux

ALEXANDRE SHIELDS | LEDEVOIR.COM | 20/02/2015

Malgré la fin de non recevoir catégorique de l’Office national de l’énergie, une coalition d’une vingtaine de groupes québécois exige la suspension des travaux d’étude du projet de pipeline Énergie est tant que sa version finale ne sera pas connue, mais aussi que tous les documents seront disponibles en français.

Les groupes ont ainsi rappelé vendredi matin que les 30 000 pages de documents déposés à l’Office national de l’énergie (ONÉ) n’ont jamais été traduits dans leur intégralité. En fait, la vaste majorité sont uniquement disponibles en anglais.

Et si Starbucks diffusait Céline Dion ou Robert Charlebois dans ses cafés

YVES LEPAGE | QUEBEC.HUFFINGTONPOST.CA | 19/02/2015

On apprenait récemment que Pierre Karl Péladeau, lors du spectacle d'ouverture du Festival de musique émergente en Abitibi, a demandé une chanson en français à l'un des trois groupes québécois aux répertoires exclusivement anglais.

La condamnation quasi unanime du geste posé à l'endroit d'un groupe de musique composé de Québécois de souche s'exécutant devant un auditoire de même nature révèle une facette nouvelle du rapport que les Québécois entretiennent avec l'anglais. Ils entrent maintenant dans une phase d'appropriation culturelle et collective de cette langue qui relève en fait de son institutionnalisation progressive dans la société québécoise.

Changeons de «toune»

BRIGITTE BRETON | LAPRESSE.CA | 14/02/2015

Divertissante, la surenchère de Pierre Karl Péladeau et de Philippe Couillard sur la place de la chanson francophone. Mais est-ce qu'on pourrait changer de «toune» et se préoccuper d'éléments qui sont plus significatifs pour la défense et la promotion du français au Québec que le répertoire de Groenland et la programmation à l'inauguration de l'amphithéâtre?

#SPEAKVERT - Campagne afin de suspendre des procédures à l'ONÉ

COMMUNIQUÉ | 19/02/2015

Plus d’une vingtaine de groupes citoyens, agricoles, environnementaux, syndicaux et de défense de la langue française lanceront ce vendredi la campagne « SPEAK VERT ! » afin de faire valoir leur indignation face à l’Office national de l’énergie (ONÉ), cet organisme fédéral qui refuse de rendre disponible pour les citoyens francophones une traduction officielle des 30 000 pages de documents déposés en anglais seulement par TransCanada concernant le projet d’oléoduc Énergie Est.