Accueil / Québec / Le Québec peine à attirer des immigrants francophones

Le Québec peine à attirer des immigrants francophones

 Le nombre de francophones dans le monde est en pleine croissance : nous sommes 274 millions. Il est très difficile de croire ce que dit le Parti libéral du Québec en matière d’immigration.

MQF – 29/10/2017

VIDÉO – Comment l’immigration peut favoriser ou pas le français au Québec?

Le Québec a de plus en plus de difficulté à attirer des immigrants francophones. En cinq ans, leur proportion a baissé radicalement, passant de 62 % à 42 %, et le ministère de l’Immigration ne pense pas pouvoir renverser la tendance à court terme.

Ainsi, le ministère s’attend à ce que la part de francophones augmente à peine en 2018 (de 42 % à 44 %). C’est l’équivalent d’environ 21 420 personnes sur l’ensemble des immigrants attendus l’an prochain au Québec (entre 49 000 et 53 000).

Ces données figurent dans le Plan d’immigration pour 2018 déposé jeudi à l’Assemblée nationale. Selon ce document, la baisse du nombre de francophones découle du fait qu’il y a de moins en moins de francophones parmi les travailleurs qualifiés admis au Québec.

Or le Québec cherche justement à attirer plus de travailleurs qualifiés de l’étranger, en raison de la pénurie de main-d’oeuvre dans différents secteurs et de son effet néfaste sur l’économie.

Parmi les travailleurs qualifiés, 65 % disent connaître le français à leur arrivée au Québec, ce qui est bien en dessous de la cible « minimale » de 85 % que s’était donnée le ministère dans ses orientations.

En général, le groupe des travailleurs qualifiés est celui qui tire la moyenne des francophones vers le haut. Cela découle du fait que la langue d’arrivée est plus difficile à maîtriser pour les autres groupes d’immigrés, comme les réfugiés ou encore les personnes accueillies dans le cadre de la réunification familiale.

Une situation qui perdure

À l’heure actuelle, 57 % des immigrants reçus au Québec sont des travailleurs qualifiés ou des immigrants économiques (des entrepreneurs, par exemple). Une proportion que le ministère souhaite faire passer à 63 %. Les réfugiés et demandeurs d’asile comptent, quant à eux, pour 15 % des nouveaux arrivants (6900 personnes en 2017).

Le ministère ne cache pas que les statistiques sur la langue des nouveaux arrivants sont inférieures aux attentes. En mars dernier, il avait d’ailleurs revu ses critères de sélection des candidats pour corriger le tir. On a alors abaissé le nombre de points pouvant être obtenus pour les qualifications par rapport au reste des facteurs (connaissances linguistiques, présence de la famille au Québec, situation du conjoint ou de la conjointe, offre d’emploi validée).

Mais il semble que ça n’ait pas encore eu d’effet. Beaucoup d’immigrants avaient « déjà été sélectionnés » selon l’ancienne méthode, a précisé la porte-parole du ministère, Amina Ben Kirane. « Nous projetons que, vers la fin de l’année 2019, nous allons pouvoir voir les effets des changements. »

Le gouvernement espère aussi renverser la vapeur en francisant mieux les immigrants après leur arrivée au Québec, explique-t-on. « On a amélioré notre offre de service, par exemple la francisation en ligne pour les étudiants étrangers et les travailleurs temporaires, a signalé la porte-parole. On a aussi bonifié la francisation à visées professionnelles avec des spécialisations. »

En attendant le nouveau système

Les documents révèlent enfin que le Québec a accueilli beaucoup moins d’immigrants que prévu cette année. Le ministère prévoyait de délivrer entre 50 900 et 56 700 certificats de sélection, mais on s’attend finalement à n’en remettre que 46 700 d’ici la fin de l’année. Encore une fois, c’est du côté des travailleurs qualifiés que la baisse est la plus notable.

Du côté des réfugiés ou des sans-papiers, les statistiques sont plutôt stables par rapport aux années précédentes. L’arrivée massive de sans-papiers cet été ne se ressent pas encore dans les statistiques puisque la plupart d’entre eux n’ont pas encore obtenu leur résidence permanente, précise-t-on.

Pendant ce temps, le gouvernement se prépare à changer en profondeur son système d’immigration. En vertu du nouveau système, la « déclaration d’intérêt », le Québec pourra constituer une « banque de candidatures » dans laquelle il pourra piger en fonction de ses besoins.

Dans son introduction au Plan d’immigration du Québec, le nouveau ministre David Heurtel écrit à cet égard que le ministère souhaite se doter d’un système d’immigration « moderne, efficace et, surtout, capable d’attirer et de retenir les talents stratégiques qui contribueront à la prospérité et à la vitalité du français ».

27/10/2017 – PORTER, Isabelle

 

Commentaires

Voir aussi

Montréal, une ville bilingue?

Que la mairesse Valérie Plante bilinguise ou non les services publics à Montréal, le statu …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes