Langue française

Francophonie : «Il reste encore beaucoup à faire», dit Impératif français

Par Patrick Georges, dans Le Journal de Montréal, le jeudi 20 mars 2014

Alors que l'on célèbre jeudi la Journée internationale de la Francophonie, le président de l'organisme Impératif français, Jean-Paul Perreault, se dit préoccupé par les progrès de la «défrancisation», tant sur la scène nationale qu'internationale.


Mario Beaulieu à la Journée internationale de la Francophonie à l’UQO

Texte paru sur le site Internet de l'UQO, le 20 mars 2014.

Dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie, la Chaire Senghor de la Francophonie de l'UQO recevait le président de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal (SSJB), monsieur Mario Beaulieu. La visite de monsieur Beaulieu s’inscrit dans le cadre d’un nouveau projet de recherche portant sur le 50e anniversaire des États généraux du Canada-français, moment charnière qui aura provoqué une certaine rupture entre les francophones du Québec et les francophones «hors Québec».

Monsieur Beaulieu est le premier d’une série de conférenciers à partager publiquement la manière par laquelle les communautés francophones canadiennes, acadiennes et québécoises peuvent renouer des liens féconds après plusieurs décennies marquées par une relative indifférence.

Sur la photo :
Le professeur Jean-François Simard, titulaire de la Chaire Senghor, monsieur Mario Beaulieu, président de la SSJB, madame Marie Lefebvre, chargée de cours et chercheure associée à la Chaire Senghor.


MédiaSud - Longueuil: problème linguistique pour le chef de l'opposition Robert Myles

par Jacques Marchand,  dans Média Sud ,19 mars 2014 
 La séance du conseil de ville de Longueuil de mardi soir 19 mars a donné lieu à une salve de questions envers le chef de l'opposition Robert Myles sur l'utilisation des deux langues officielles lors des séances du conseil de ville de Longueuil.

Le suicide de l'Ontario français

La Franco-Ontarie est mourante. S’il y a une place où nous pouvons attester cela sans crainte, c’est bel et bien ici. Mais la mort du peuple franco-ontarien ne sera ni la faute du monolithe anglophone ni des orangistes, ni même de (soupir) l’assimilation. Non, la mort de l’Ontario français aura pour cause que celle-ci s’est tranquillement et progressivement 


Moins de postes bilingues à Revenu Canada : le NPD porte plainte

Par La Presse canadienne, le 18 mars 2014

Le retrait de la désignation bilingue à plusieurs postes à l'Agence du revenu du Canada (ARC) pousse le Nouveau Parti démocratique (NPD) à porter plainte au commissaire aux langues officielles.


Lauréat du « Prix d’excellence en français Gaston-Miron »

Saint-Jérôme, le 16 mars 2014 –  [...] Le «Prix d’excellence en français GastonMiron» est l’aboutissement d’une collaboration entre la Société nationale des Québécoises et des Québécois (SNQL) et le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) qui souhaitaient souligner, de façon concrète, les efforts pour l’épanouissement du français. Madame Emmanuelle Miron, fille du poète, a accepté que ce prix porte le nom du célèbre fils des Laurentides, le poète national Gaston Miron. La remise de ce prix concrétise la volonté des deux organismes de travailler à valoriser l’usage de la langue française dans les Laurentides.[...]

La Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides (SHGHL) s’est mérité le prestigieux Prix d’excellence en français Gaston-Miron remis dans le cadre du Déjeuner de la Francophonie qui s’est tenu le 16 mars dernier. Le Prix d’excellence en français Gaston-Miron est décerné annuellement à des personnes, des entreprises ou des organismes qui se distinguent par leur contribution à la promotion de la langue française sur le territoire des Laurentides. [...] La Ville de Blainville s’est vu décerner une mention d’honneur pour « En toutes lettres », un concours de création littéraire qui s’adresse aux résidents de la Ville abonnés à la bibliothèque.


Francophobie dans un Tim Horton's

Par Christopher Nardi, dans Le Journal de Montréal, le vendredi 14 mars 2014

Un Tim Horton’s au bord de l’autoroute 440 est au centre d’une polémique après qu’une image exigeant le boycottage du commerce soit devenue virale sur les réseaux sociaux. […]


Le bilinguisme collectif, étape vers l'assimilation

De Pierre Allard, dans un blogue, le 13 mars 2014

À moins d'analyser les recensements fédéraux, il est difficile de comprendre la dynamique de l'assimilation à l'anglais, qui touche depuis toujours les francophones hors-Québec mais qui existe aussi dans certaines régions du Québec, notamment en Outaouais et dans la grande région montréalaise
 

Bonjour/Hi ?

MATHIEU BOCK-CÔTÉ
LE JOURNAL DE MONTRÉAL | 25 FÉVRIER 2014
 

Diane de Courcy a affirmé que si le Parti Québécois était réélu, elle travaillerait à ce que le Québec ne bascule pas dans le bilinguisme systématique et institutionnel

Avec un gouvernement péquiste majoritaire, elle travaillera à refaire de la question linguistique une question prioritaire. Et elle a donné pour exemple de cette bilinguisation inquiétante de la métropole l’apparition, depuis quelques années, de cet exaspérant «bonjour/Hi» qu’on nous impose à peu près tout le temps lorsqu’on entre dans un commerce.