Mouvement Québec Francais

Non à l’achat des droits linguistiques

Tania Lonpré, Tribune libre, Vigile, 2 juin 2010. Ces parents continueront à contourner la loi, et les autres se soumettront à la loi. J’apprécierais que toutes les lois soient aussi facilement contournables. Par exemple, si un policier m’arrêtait pour excès de vitesse, je n’aurais qu’à dire « Monsieur! Je contourne la loi, je vous offre 150 $ et vous ne m’enlevez pas de points de démérite » est ce que je pourrais de cette façon contourner la loi? Mais bien sur que non me direz-vous. Et bien, le dossier des écoles passerelles, c’est la même chose « Monsieur Charest, puis-je vous offrir 30,000 $ pour contourner la loi 101 ? » Ce qu’il me répond, ce matin, c’est bien certainement madame, avec un grand sourire en plus!

Lire la suite

L’école anglaise ouverte aux parents fortunés

Robert Dutrisac, Le Devoir, 3 juin 2010 avec la collaboration de Lisa-Marie Gervais et d'Hélène Buzzetti. Utiliser la clause nonobstant contenue dans la Charte canadienne des droits et libertés, « ce n'est pas un drame, ce n'est pas un crime contre l'humanité », a lancé à l'Assemblée nationale Pauline Marois, citant Robert Bourassa qui l'a utilisée pour la langue d'affichage. Jean Charest a cité de son côté Lucien Bouchard qui refusait de l'utiliser en matière linguistique.

Lire la suite

Dépôt du controversé projet de loi 103 Le retour des écoles passerelles?

Article paru dans le site Internet de Canoe. Du côté du Mouvement Montréal français, on dénonce aussi le projet, mais pour de tout autres raisons. « Jean Charest fait preuve d’un manque flagrant de courage, a soutenu son porte-parole, l’écrivain Yves Beauchemin, à TVA Nouvelles. Dans le contexte où le français recule à Montréal, le projet de loi 103 va affaiblir encore davantage notre langue. » Source.

Lire la suite

Avenir de la langue française – Un geste d’éclat pour protéger le français

Le Devoir - Daniel Turp - 1er juin 2010 Je suis préoccupé par l'avenir de la langue française, mais aussi et surtout inquiet pour cet avenir. Je suis déçu par l'importance très relative que la Francophonie confère elle-même à la protection et à la promotion de la langue française et je crois qu'il y a urgence d'agir pour que la langue que 70 États et gouvernements disent avoir en partage ne soit pas marginalisée au sein de la communauté internationale.

Lire la suite

Des centaines de personnes rendent hommage aux patriotes

Serge Forgues, Agence QMI, 24 mai 2010. MONTRÉAL - Créer un pays et défendre la langue française. Voilà ce qui était sur toutes les lèvres lundi, lors d’un rassemblement dans le cadre de la Journée des patriotes, à l’ancienne prison au Pied-du-Courant. Environ 500 personnes, majoritairement de jeunes adultes, s’étaient donné rendez-vous en ce lieu historique où de nombreux patriotes, ayant pris part aux mouvements de rébellions en 1837 et 1838, furent incarcérés et exécutés.

Lire la suite

Lettres – Aimer la langue française

Jean-Claude Brochu, Le Devoir, 25 mai 2010. Je souhaiterais que les citoyens du Québec souscrivent très jeunes à une phrase comme: J'aime la langue française: j'aspire à la parler et à l'écrire avec correction. Tout le reste — les millions et les spécialistes du ministère, les régimes pédagogiques — m'apparaît moins déterminant que cet amour dont la conscience suit souvent, admettons-le, la première rencontre éblouissante avec un livre.

Lire la suite

Langues officielles – Essentielle rengaine

Article de Marie-André Chouinard paru dans Le Devoir le 26 mai 2010. De façon générale, les rengaines lassent le public. Attendu, le propos qu'elles contiennent ne choque ni n'ébranle même ceux dont il est question. Si juste soit leur contenu, elles risquent de sombrer dans l'indifférence la plus totale. On aurait tort de recevoir le dernier bilan du commissaire aux langues officielles comme une banale rengaine, ce que font de toute évidence les autorités politiques. Année après année, elles accueillent ses critiques dans la plus spectaculaire insouciance, comme le confirme l'absence de changement. Lire l'article.

Lire la suite