Communiqués

Nouveau Conseil d’administration du MQF

Montréal, 28 novembre 2016 – Le Mouvement Québec français (MQF) est heureux d’annoncer qu’il s’est doté d’un nouveau Conseil d’administration (CA), présidé par Me Maxime Laporte. À la suite d’une Assemblée générale annuelle tenue il y a quelques semaines, les élus se sont réunis afin de désigner les officiers du …

Lire la suite

Innover à Montréal : en anglais seulement?

MONTRÉAL, 15 décembre 2016 – Un article du blogueur Simon-Pierre Savard-Tremblay nous apprenait ce matin  que la Ville de Montréal offre des formations où une grande pression est mise pour que les interactions entre les mentors et ceux qui suivent la formation se fassent en anglais. Selon un des participants …

Lire la suite

Prix d’excellence en français Gaston-Miron: appel de candidatures

La Société nationale des Québécoises et Québécois des Hautes-Rivières (SNQHR), le Mouvement Québec Français des Laurentides (MQFL) et la Société nationale des Québécoises et Québécois, région des Laurentides (SNQL) lancent l’appel de candidatures pour la sixième édition des Prix d’excellence en français Gaston-Miron. Ces prix sont décernés annuellement à des …

Lire la suite

Déclaration du Mouvement Québec français (MQF)

Communiqué du MQF, Vigile, le samedi 4 juin 2011.

Nous, citoyennes et citoyens regroupés dans le Mouvement Québec français, lançons un appel pressant à la mobilisation et à l’action! Au regard des faits, la situation actuelle du français est claire : le pouvoir d’attraction de l’anglais reste largement supérieur à celui du français. Le français n’est pas la langue commune. Alors que la population francophone est maintenant sous les 50 % à Montréal et sous les 80 % dans l’ensemble du Québec, il est impérieux qu’un mouvement national pour le français voit le jour.

Signataires de la déclaration : Mario Beaulieu, président du Mouvement Québec Français, Marc-André Roy (Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec); Jean-François Vallée (Bas-Saint-Laurent); Caroline Desbiens (Capitale-Nationale); Robert Poisson (Centre-du-Québec); Éric Deland (Estrie); Manuel Brault (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine); Denys Charbonneau (Hautes Rivère); Jacques Archambault (Lanaudière); Rhéal Fortin (Laurentides); Rachid Bandou (Laval); Roger Kemp (Mauricie); Luce Cloutier (Montérégie); Denis Trudel (Montréal); Paul Cairoli (Nunavik); Robert Marquette (Richelieu-Yamaska); Constance Sirois (Saguenay-Lac-Saint-Jean). Nous avons joué à l’autruche assez longtemps, il est urgent que le débat linguistique se fasse partout au Québec car l’anglicisation a déjà un impact important dans l’ensemble de notre territoire. Il ne faut plus accepter que les employés de toutes les régions et les travailleurs issus de l’immigration voient leur droit de travailler en français bafoué même quand leurs emplois ne nécessitent pas de communication avec l’extérieur du Québec. Nous dénonçons le surfinançement des cégeps, des universités, des hôpitaux et des autres institutions anglophones à Montréal, qui se fait au détriment du financement gouvernemental de ces institutions dans les autres régions.

Lire la suite

Le Mouvement Montréal français participera à la manifestation pour la relance du dernier hôpital francophone de l’Ouest de l’île

Montréal, le 31 octobre 2007 ─ Le MMF appuie le comité de la Relance et les médecins de l'Hôpital de Lachine, qui ont effectué une lutte acharnée pour sauvegarder et développer le dernier centre hospitalier francophone de l'Ouest de l'île de Montréal.

Lire la suite

«Il faut que le français reste la langue du Québec»

Article de Marie-Ève Bourgoing-Alarie paru dans le site de L'Hebdo Journal du 28 mai 2011. «Tous les ans, il entre au pays l’équivalent d’un comté en immigrants. Si on laisse perdurer ça, le français va se perdre», affirme Roger Kemp, porte-parole du Mouvement Québec français, région Mauricie.

Lire la suite

Déclaration du Mouvement Québec français (MQF)

Communiqué du MQF, Vigile, le samedi 4 juin 2011.

Nous, citoyennes et citoyens regroupés dans le Mouvement Québec français, lançons un appel pressant à la mobilisation et à l’action! Au regard des faits, la situation actuelle du français est claire : le pouvoir d’attraction de l’anglais reste largement supérieur à celui du français. Le français n’est pas la langue commune. Alors que la population francophone est maintenant sous les 50 % à Montréal et sous les 80 % dans l’ensemble du Québec, il est impérieux qu’un mouvement national pour le français voit le jour.

Signataires de la déclaration : Mario Beaulieu, président du Mouvement Québec Français, Marc-André Roy (Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec); Jean-François Vallée (Bas-Saint-Laurent); Caroline Desbiens (Capitale-Nationale); Robert Poisson (Centre-du-Québec); Éric Deland (Estrie); Manuel Brault (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine); Denys Charbonneau (Hautes Rivère); Jacques Archambault (Lanaudière); Rhéal Fortin (Laurentides); Rachid Bandou (Laval); Roger Kemp (Mauricie); Luce Cloutier (Montérégie); Denis Trudel (Montréal); Paul Cairoli (Nunavik); Robert Marquette (Richelieu-Yamaska); Constance Sirois (Saguenay-Lac-Saint-Jean). Nous avons joué à l’autruche assez longtemps, il est urgent que le débat linguistique se fasse partout au Québec car l’anglicisation a déjà un impact important dans l’ensemble de notre territoire. Il ne faut plus accepter que les employés de toutes les régions et les travailleurs issus de l’immigration voient leur droit de travailler en français bafoué même quand leurs emplois ne nécessitent pas de communication avec l’extérieur du Québec. Nous dénonçons le surfinançement des cégeps, des universités, des hôpitaux et des autres institutions anglophones à Montréal, qui se fait au détriment du financement gouvernemental de ces institutions dans les autres régions.

Lire la suite

Manifestation de la colère contre le bâillon et point de presse de la Coalition contre la loi 103 !

Montréal, le 17 octobre 2010 ─ La plus importante manifestation pour le français depuis 20 ans aura lieu lundi le 18 octobre pour dénoncer l’imposition du bâillon sur le projet de loi 103. Les médias sont invités à un point de presse avec des porte-parole et des artistes représentant la Coalition contre la loi 103, formée de plus de 35 organismes à 18 h 15, le lundi 18 octobre, devant le bureau du premier ministre du Québec, au 770, rue Sherbrooke Ouest, au coin de McGill College et de Sherbrooke Ouest.

Lire la suite