Québec

« Les congrès, les concours de bon langage, les campagnes sont pratiquement inefficaces. Seul l’État, gardien du bien commun, peut agir efficacement au niveau de la civilisation. C’est à la civilisation de supporter la culture. L’État a la loi et la force pour lui. Nous, les instituteurs, nous n’avons que raison. C’est si peu de chose, avoir raison ; ça ne sert qu’à mourir. Je suis un peu lugubre, n’est-ce pas ? ─ FRÈRE UNTEL

Loadé comme une gun?

C’est un sujet tabou qu’on aborde au Québec que du bout des doigts, avec la peur de se salir et que ça sente un peu le cul, le renfermé. C’est un sujet délicat qui range celui qui s’en empare dans le rang des grincheux, ou pire, des «nationaleux», comme si, …

Lire la suite

Le choix (anglophone) de l’Université McGill fait polémique

Alors que le premier ministre québé­cois Philippe Couillard annonçait le 6 septembre dernier que l’hô­pi­tal de Gati­neau accueille­rait une nouvelle faculté satel­lite de méde­cine fami­liale, déve­lop­pée en colla­bo­ra­tion avec l’Uni­ver­sité mont­réa­laise McGill et le Centre inté­gré de santé et de services sociaux de l’Ou­taouais, certaines asso­cia­tions de promo­tion de la …

Lire la suite

Le français obligatoire

L’identité est de retour dans le débat public et qui dit identité au Québec, dit langue et immigration. La Coalition Avenir Québec (CAQ) l’a bien compris puisqu’elle s’est positionnée récemment en tant que parti résolument nationaliste. Or, au Québec, tous les partis, indépendamment de leurs orientations idéologiques, sont à des …

Lire la suite

Francophonie : ne pas se laisser assimiler

Cette Université d’été sur la francophonie des Amériques est une excellente initiative.  ─ MQF L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sera l’hôte de la 5e édition de l’Université d’été sur la francophonie des Amériques, du 5 au 11 juin, en collaboration avec l’Université de Moncton. C’est une occasion de se …

Lire la suite

423 plaintes contre des sites internet non conformes à la Loi 101

Si ces sites Internet enfreignent les dispositions de la Loi 101, pourquoi les entreprises propriétaires de ces sites Internet ne font-elles pas face à la justice? ─ MQF Des citoyens montréalais déposeront mardi 423 plaintes à l’Office québécois de la langue française (OQLF) contre des entreprises situées principalement dans l’arrondissement …

Lire la suite

Projet de loi 103: St-Pierre défend le droit à l’école anglaise

Article paru dans le site de Radio-Canada le 6 septembre 2010. La coalition, avec à sa tête la Société Saint-Jean-Baptiste, des syndicats, des regroupements en faveur du français et des partis politiques dont le Bloc québécois, le Parti québécois et Québec solidaire, estime que la loi 101 doit s'appliquer à tous de la même façon. Selon Mario Beaulieu, le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, le projet de loi 103 permettrait aux parents plus fortunés de payer pour avoir accès à l'école en anglais en contournant la loi 101. Mario Beaulieu rappelle que, partout au monde, l'enseignement se fait dans la langue officielle et qu'il est normal d'être instruit en français si l'on réside au Québec. Lire l’article.

Lire la suite

Yes, no, toaster

Article de Grégory Delrue, directeur principal, Évolution Recrutement publié dans le journal Métro le 8 décembre 2011 Au Québec, il faut maîtriser les deux langues officielles pour profiter de toutes les opportunités professionnelles Voici quelques exemples Ma réponse était assez longue et élaborée pour convaincre mon interlocuteur du premier coup. Bingo, mon discours l’ayant rassuré sur mon niveau d’anglais, nous sommes repassés au français et j’ai eu le poste. Quelques semaines plus tard, alors que j’occupais mes fonctions, mon superviseur m’a écouté converser avec un client anglophone et m’a fait remarquer par la suite que mon anglais n’était pas terrible. J’ai alors rétorqué que c’était pourtant lui qui m’avait évalué lors de mon entrevue... Photo Metro Je l’ai peut-être «remis à sa place», mais ne vous y trom­pez pas, si je n’avais pas rapidement amélioré mon anglais, c’est lui qui m’aurait «démis de ma place». Avec raison, car à Montréal le bilinguisme est de mise. Le cas des cadres anglopho­nes à la Caisse de dépôt en est un exemple, bien que le contexte international de l’entreprise doive également impliquer l’inverse.

Lire la suite