Revue de presse

Tous les articles de presse, audio et vidéo, publiés dans les médias, qui sont reliés au Mouvement Québec français.

avril, 2016

  • 24 avril

    La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal annonce un printemps québécois

    MONTREAL, le 11 mars 2011 - Prenant fin vendredi soir, la 177e Assemblée générale annuelle de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal a réélu par acclamation Mario Beaulieu pour un deuxième mandat à la présidence. « L’ensemble des militants considère que le temps est venu de recommencer à descendre dans la rue et de tout mettre en œuvre pour que ce mouvement s’étende graduellement à l’ensemble des régions afin de relancer le Mouvement Québec français. Il est crucial de renforcer la Charte de la langue française, que les progrès obtenus par la loi 101 à l’école publique soient étendus à l’école privée et au cégep, et que l’on favorise l’équité linguistique dans le financement des universités » de constater Mario Beaulieu.

    Lire l’article.

  • 6 avril

    Laval s’anglicise plus qu’ailleurs

    Article de Gabriel Béland paru dans La Presse du 23 décembre 2010. Selon les dernières données disponibles, le nombre d'anglophones a bondi de 35% en 10 ans à Laval. Il s'agit d'une progression trois fois plus rapide que celle de la population totale de la ville, qui a grimpé d'un peu plus de 11% entre 1996 et 2006. Cette anglicisation de Laval ne plaît pas à tous. Le Mouvement Laval français a été créé en novembre dernier dans le but de mettre un frein au phénomène. « Les chiffres sur l'anglicisation à Laval sont tout aussi inquiétants, sinon davantage, que pour l'île de Montréal », a expliqué son président, Michel Thisdale.

mars, 2016

  • 22 mars

    Écoles passerelles – Manifestation pour le français

    Radio-Canada.ca, 19 octobre 2010.

    Le président de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu coordonnait le spectacle-manifeste. photo Mathieu Breton, MMF.

    « Les manifestants ont observé une minute de silence pour souligner le bâillon imposé par le gouvernement Charest à l'Assemblée nationale pour l'adoption de la loi 115 (anciennement loi 103). Ont suivi des discours de défenseurs du français et des prestations musicales fortement politiques. L'événement s'est clos sur des paroles de Gaston Miron. Le président de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal (SSJBM), qui coordonnait le spectacle-manifeste, a promis de maintenir mobilisés les opposants à cette loi et a promis d'autres actions à venir partout au Québec. « Quand on va à l'école française, ben on ne fait pas juste apprendre une langue, mais on s'intègre à la culture d'une nation. » — Mario Beaulieu

  • 22 mars

    La Coalition contre la Loi 103 propose une grande fête du français

    Pierre Saint-Arnaud, La Presse canadienne, 16 septembre 2010.

    Le spectacle qui aura lieu samedi au Centre Pierre-Charbonneau mettra notamment en vedette le groupe Loco Locass. photo: François Roy, La Presse

    La Coalition contre le projet de loi 103 sur les écoles passerelles promet que son rassemblement-spectacle, samedi à Montréal, sera une grande fête du français. (...) Denis Trudel, qui est également porte-parole du Mouvement Montréal français, estime que les Québécois sont à un tournant.(...) Le spectacle mettra notamment en vedette Daniel Boucher, Marie-Denise Pelletier, Loco Locass et les Zapartistes. Le député péquiste et comédien Pierre Curzi remontera sur les planches pour livrer sa version du célèbre poème engagé « Speak White », de Michèle Lalonde. Plutôt que les habituels discours politiques, les spectateurs auront aussi droit à des entrevues réalisées avec des politiciens sur grand écran par le comédien et réalisateur Luc Picard dans un contexte champêtre.

  • 22 mars

    Notre langue n’a pas de prix – Des artistes unis par amour pour le français

    Vanessa Guimond, 7Jours, 16 septembre 2010.

    Daniel Boucher, Denis Trudel et Luc Picard © Daniel Auclair

    « Le spectacle sera un peu comme une grande fête du français, parce que j'ai l'impression que la population a une image un peu plate des défenseurs de la langue française, a expliqué le comédien Denis Trudel, à qui l'on a confié la mise en scène de l'événement. Nous allons essayer de casser cette image. Nous allons montrer aux gens que nous pouvons avoir du plaisir en français.»

  • 22 mars

    Rassemblement contre la loi 103 – Lutter pour la survie du français

    Marie-France Pellerin, 7Jours, 18 septembre 2010.

    Emmanuel Bilodeau et son fils © Pascale M. Lévesque, 7Jours Grande célébration francophone, le spectacle a mis de l’avant vidéos retraçant les multiples combats pour la langue française et lectures d’écrits y rendant hommage. Pierre Curzi, qui a reçu une ovation monstre, a lu le célèbre Speak White de Michèle Lalonde, alors qu’Emmanuel Bilodeau, son fils dans les bras, a procédé à la lecture d’un texte de René Boulanger, un bon ami de feu Pierre Falardeau.

  • 22 mars

    Projet de loi 103 – Rassemblement pour le français

    Radio-Canada.ca, 18 septembre 2010. Selon les organisateurs, le Centre Pierre Charbonneau, qui peut accueillir 3000 personnes, était rempli à pleine capacité. Il a aussi été nécessaire de refuser l'entrée des centaines de personnes.

  • 22 mars

    Manifestation contre la loi 103

    Journal de Québec, 19 octobre 2010.

    Près de 5000 personnes sont descendues dans les rues du centre-ville de Montréal. Photo Agence QMI

    « Près de 5000 personnes sont descendues dans les rues du centre-ville de Montréal, lundi, dans le but de manifester contre l’utilisation du bâillon par le gouvernement libéral dans le dossier de la loi sur les écoles-passerelles. La manifestation s’est principalement tenue devant les bureaux du premier ministre Jean Charest, sur la rue Sherbrooke. Plusieurs artistes ont offert des prestations durant le rassemblement, organisé par la Coalition contre la loi 103. La Coalition elle-même est l’initiative de la Société Saint-Jean Baptiste, vouée entre autres à la protection et à la promotion de la langue française au Québec. »

  • 22 mars

    Deux solitudes sans passerelle

    Rima Elkouri, La Presse, 20 septembre 2010. « Notre langue n'a pas de prix. La loi 101 n'est pas à vendre!» martelaient samedi les gens de la Coalition contre la loi 103 qui avait organisé un grand rassemblement-spectacle.

  • 22 mars

    La Coalition contre la loi 103 craint le bâillon

    Article de Pierre Saint-Arnaud paru dans La Presse du 13 octobre 2010.

    Une partie de la foule de 3 000 personnes venues manifester contre le projet de loi 103 du gouvernement Charest le 18 septembre 2010 au Centre Pierre-Charbonneau. photo MMF

    L'écrivain Yves Beauchemin, qui soutient activement la Coalition, affirme que le danger d'érosion est évident. «Quand tu as envoyé un enfant à l'école anglaise, que tu peux ensuite l'envoyer au réseau public anglais et que ce droit s'étend à ses frères et soeurs et aux descendants de tout ce monde, ça devient une progression exponentielle», affirme-t-il. Lire l’article.