Accueil / Québec / Le cheval de Troie

Le cheval de Troie

Le libre choix au cégep revient ainsi à financer l’anglicisation d’une part importante de l’élite québécoise de demain.Alors, rien ne presse, vraiment? On laisse filer une autre décennie? La loi 101 n’est pas mesquine. Elle reconnaît à de nombreux francophones et allophones le droit de fréquenter l’école anglaise. Appliquée au collégial, la loi 101 ferait preuve d’une même générosité.  ─ CASTONGUAY, Charles

MQF – 27/06/2017

Jugeant la mesure politiquement trop risquée, Jean-François Lisée a renoncé à étendre au cégep les dispositions de la Charte de la langue française qui régissent l’accès à l’école primaire et secondaire anglaise. Pendant ce temps, on assiste à une constante progression du bilinguisme dans le réseau collégial français, qui est en voie de devenir un véritable cheval de Troie linguistique.

Le gouvernement Charest avait déjà autorisé le cégep de Saint-Laurent et son voisin anglophone, le collège Vanier, à instituer des programmes bilingues de sciences humaines et de sciences de la nature, qui ont accueilli leurs premiers étudiants à l’automne 2013. Dans le secteur privé, les collèges Brébeuf et Marianapolis avaient déjà établi une collaboration de ce genre.

Le collège de Bois-de-Boulogne offrira à son tour un programme de DEC bilingue en sciences de la nature conjointement avec l’autre grand établissement anglais de niveau collégial à Montréal, le collège Dawson, à compter de l’automne 2018. Les grandes lignes en ont été arrêtées à l’occasion d’une réunion tenue le 23 mai, dont Le Devoir a obtenu un compte rendu. Les cours de chimie et de biologie seraient donnés à Bois-de-Boulogne, ceux de physique et de mathématiques à Dawson.

Pour les deux établissements, les avantages sont évidents. Dawson fonctionne au maximum de sa capacité et ses laboratoires sont saturés. Inversement, Bois-de-Boulogne pourra s’ouvrir à une nouvelle clientèle, qui viendra éventuellement compenser une baisse d’effectifs qui affecte l’ensemble du réseau français.

Le phénomène n’est pas que montréalais. À Québec, où la population anglophone est d’à peine 1 %, le collège Saint-Lawrence déborde et doit refuser plus de la moitié des demandes, alors que les trois cégeps francophones ont perdu 13,5 % de leurs effectifs en quatre ans, rapporte L’aut’journal dans son dernier numéro. Le collège Mérici, qui est privé, offre déjà un DEC bilingue et le cégep de Sainte-Foy a annoncé son intention d’augmenter le nombre de cours offerts en anglais.

Chaque année, quelque 4000 francophones et allophones passent du secondaire français au collégial anglais, soit l’équivalent d’un gros cégep, ce qui fait dire au mathématicien Charles Castonguay que le libre choix au cégep est un « suicide linguistique ». Plus de la moitié des étudiants des cégeps anglais ne sont pas des anglophones. Est-ce bien le rôle du réseau français que de favoriser cette course au bilinguisme ?

Personne ne peut nier l’avantage d’une connaissance fonctionnelle de l’anglais, à plus forte raison quand on vit en Amérique du Nord, mais nier tout risque d’anglicisation serait jouer à l’autruche. Bon nombre de non-anglophones qui s’inscrivent au cégep anglais le font avec l’intention avouée de poursuivre des études universitaires dans la langue de Shakespeare.

Sans être automatique, il y a manifestement une incitation à adopter au travail la langue dans laquelle on a été formé. Comment convaincre les nouveaux arrivants et les petites entreprises de l’importance de travailler en français si les francophones de souche et les allophones déjà installés ici se mettent à l’anglais ?

Le gouvernement Marois n’avait pas voulu révoquer l’autorisation que son prédécesseur libéral avait accordée au cégep de Saint-Laurent. La possibilité qu’elle soit un jour étendue à d’autres établissements du réseau public était une « question hypothétique », disait-on. Une évaluation devait être faite à l’été 2015, mais le PQ a été renvoyé dans l’opposition dès le printemps 2014.

Ce n’est certainement pas le gouvernement Couillard qui va s’opposer à des initiatives qui correspondent parfaitement à sa vision du Québec de demain. Le premier ministre l’a encore répété la semaine dernière : selon lui, aucune menace ne pèse sur le français. Dès lors, pourquoi empêcher la jeune génération de « s’ouvrir sur le monde », n’est-ce pas ?

L’idée de faire du cégep une sorte de carrefour n’est pas mauvaise en soi. En 2001, le rapport de la Commission des états généraux sur l’avenir du français avait proposé d’en faire « un lieu d’approfondissement de la culture québécoise et de perfectionnement des langues » en multipliant les échanges de groupes d’étudiants francophones et anglophones.

La Commission avait rejeté l’extension de la loi 101 au niveau collégial, mais les cégeps anglophones ne connaissaient pas la popularité d’aujourd’hui. Certes, il faut répondre au désir légitime de maîtriser l’anglais, mais ces échanges seraient moins inquiétants si l’obligation de s’inscrire à un cégep francophone assurait un tronc commun et un environnement francophone de base.

Jean-François Lisée craint de s’aliéner les jeunes et la « diversité », qui sont devenus une véritable obsession au PQ. Il est vrai que les sondages sont inquiétants, mais ce n’est pas en sacrifiant l’essentiel au clientélisme qu’il va se refaire une crédibilité. Les délégués au congrès de septembre prochain devraient y réfléchir. Où en serait le Québec si le PQ avait été aussi timoré il y a quarante ans ?

23/06/2017 – DAVID, Michel

 

Commentaires

Voir aussi

Plaidoyer pour préserver l’exception culturelle dans l’ALENA

Le plus grand enjeu de notre culture québécoise est son essor dans le monde numérique. …