Accueil / Québec / Dans les écoles de Montréal: jusqu’à 9 élèves sur 10 allophones

Dans les écoles de Montréal: jusqu’à 9 élèves sur 10 allophones

La réalité est tout aussi frappante qu’importante. Ces enfants allophones devenus adultes porteront et transmettront la langue française et la culture québécoise. Par contre, en raison du libre choix au niveau collégial, 40% de ces enfants allophones passeront par le cégep anglophone. Cela est à la fois un tremplin vers des études universitaires en anglais ainsi qu’une intégration ultérieure au marché du travail anglophone.

MQF – 20/04/2017

En 15 ans, le nombre d’élèves allophones n’a cessé d’augmenter sur le territoire montréalais, au point où des écoles primaires ont aujourd’hui plus de 9 enfants sur 10 dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais obligeant les enseignants à redoubler d’imagination.

«Nous, on a toujours considéré ça comme une richesse», résume Martine Leboeuf, directrice de l’école de la Mosaïque, dans Côte-Saint-Luc, la 3e école primaire de Montréal avec le plus haut taux d’allophones cette année (94,72%). «Pour certains, le français est leur 4e langue», ajoute-t-elle.

Sa commission scolaire, Marguerite-Bourgeoys, a d’ailleurs connu une hausse de 70% du nombre d’élèves allophones depuis 1998, presque autant que celle de la Pointe-de-l’Île, dont le taux a augmenté de 80% sur la même période. Ces chiffres s’expliquent notamment par le choix des nouveaux arrivants de s’établir davantage en périphérie, à la recherche de logements moins chers, plus grands, proche des communautés déjà installées.

Fin mars, l’Office québécois de la langue française confirmait qu’entre 1971 et 2015, la proportion d’élèves de langue maternelle tierce avait plus que triplé, passant de 12,7% à 41,2%. (incluant préscolaire, primaire et secondaire).

Les écoles s’adaptent

Face à cette tendance, les interprètes, les pictogrammes et le mime sont devenus des outils indispensables dans les écoles.

«On dessine et se sert beaucoup des images, pour leur faire comprendre des notions abstraites, on crée des mises en situation», confirme Alissa Gosselin, qui enseignante à des élèves de 5 nationalités différentes, à l’école de la Mosaïque.

Après 23 ans d’expérience, sa collègue Christine Drouin se sert de la langue maternelle comme un outil d’apprentissage, une façon de valoriser ses élèves. «Avant, il fallait juste parler français, maintenant, on les laisse plus s’exprimer dans leur langue et on se sert des connaissances antérieures pour l’acquisition de nouvelles».

Des élèves bouleversés

Qu’ils arrivent directement de Russie, d’Iran, d’Ukraine, de Moldavie ou de Corée, la langue est loin d’être la seule barrière.

«Une fois, au parc, une fillette s’est jetée dans un buisson lorsqu’elle a entendu passer un avion parce que pour elle, c’était synonyme de danger, pas de transport», raconte Caroline Proulx-Trottier, du Syndicat de l’enseignement de l’Ouest de Montréal, marquée par l’«état de grand bouleversement» des élèves qu’elle accompagnait.

Du coup, ces classes deviennent de véritable cellule d’insertion sociale. «On est des figures d’attachement, le 1er contact avec le Québec», confirme Mme Gosselin.

Toute une logistique

«Le défi c’est la planification budgétaire, il faut anticiper les élèves qui vont arriver en cours d’année, sinon les élèves allophones sont introduits dans des classes ordinaires trop vite», souligne Nathalie Morel, vice-présidente à la vie professionnelle à la Fédération autonome de l’enseignement.

Un défi qui a d’ailleurs coûté 9 M$ de trop à la Commission scolaire de Montréal, en budget d’accueil et de francisation. «On fait le choix de ne pas intégrer [dans des classes ordinaires] des élèves rapidement, car on a une obligation de réussite», affirme la présidente Catherine Harel-Bourdon.

Au ministère de l’Éducation, on rappelle qu’en plus des budgets dédiés à l’accueil, la francisation et l’intégration des élèves immigrants, un montant de 16,9 M$ a été ajouté cet automne.

«Ce n’est qu’un début»

Déjà élevée, la proportion d’élèves allophones devrait aller en s’accentuant dans les prochaines années, croit le démographe Marc Termote.

«Ce n’est qu’un début et d’ailleurs les dernières prévisions de Statistique Canada le confirment, l’île et la périphérie vont devenir de plus en plus allophones, ça a déjà commencé à Laval et à Longueuil.»

Fin janvier, Statistique Canada dévoilait ces prédictions selon lesquelles les allophones pourraient représenter 43% de la population de l’île en 2036, à parité avec la population de langue maternelle française, et même dépasser légèrement celle-ci.

Hors île, l’organisme prévoit même que la proportion d’allophones pourrait doubler en 25 ans, passant de 6,8% en 2011 à un peu plus de 14% en 2036.

À la Commission scolaire Marie-Victorin, sur la Rive-Sud, on confirme que le nombre d’élèves allophones a presque doublé en 10 ans, passant de 17,6% en 2005 à 30,5% cette année. Même phénomène à Laval, où leur taux est passé de 16% à 35% en 11 ans.


  • Élèves dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais
  • 5 commissions scolaires de l’île de Montréal: 31, 87% en 1998 42,69% en 2015
  • Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île: 27,03% en 1998 et 49,72% en 2015 (80% d’augmentation)
  • Commission scolaire de Montréal: 38,88% en 1998 et 45,70% en 2015 (20% d’augmentation)
  • Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys: 30,79% en 1998 et 51,06% en 2015 (70% d’augmentation)

*Source: Portrait socioculturel des élèves inscrits dans les écoles publiques de l’île de Montréal, du Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal 

 

18/04/2017 – GAIOR, Camille

http://www.journaldemontreal.com/2017/04/17/dans-les-ecoles-de-montreal-jusqua-9-eleves-sur-10-allophones

 

 

Commentaires

Voir aussi

Déclin du français: Lisée veut une loi 202

C’est un bon pas. Mais il en manque. Qu’en est-il du bilinguisme institutionnel, du surfinancement …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes