Et si les Anglais s’étaient mis au français ?

Selon la linguiste Henriette Walter, les mots d’origine française représentent plus des deux tiers du vocabulaire anglais.

MQF – 12/02/2018

La tapisserie de Bayeux, qui raconte l’invasion de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, devrait être exposée temporairement au British Museum d’ici 2022. L’arrivée des Normands en 1066 dans le Royaume anglo-saxon d’Harold eut des conséquences politiques mais aussi linguistiques. Retour sur le passé francophone des Anglais avec Aude Mairey, universitaire et chercheuse au CNRS, spécialiste de littérature médiévale anglaise.

Avec la conquête normande, le français devient la langue des élites dans le royaume d’Angleterre. Comment peut-on définir cette langue française ?

Aude Mairey : C’est un temps où le français n’était pas standardisé. Il y avait plusieurs français. On trouve du picard, du wallon, du francilien ainsi que du normand qui devient avec la conquête du royaume d’Angleterre, l’anglo-normand, mélangé avec d’autres formes du français, car l’armée de Guillaume le Conquérant n’était pas composée que de Normands. En 1066, l’Angleterre était l’un des rares pays où il existait — outre la culture latine — une culture écrite vernaculaire en vieil anglais, langue germanique.

Cette promotion d’un vernaculaire écrit avait été assurée notamment par le roi Alfred le Grand (871-899). L’arrivée des Normands casse cet élan. Le français s’impose comme une langue courtoise et littéraire au détriment du vieil anglais, notamment sous les Plantagenêts. Henri II d’Angleterre (1154-1189) est duc de Normandie mais aussi comte d’Anjou, du Maine et duc d’Aquitaine. Ces rois contrôlent en cette fin du XIIème siècle une grande partie du royaume de France, au point que l’on parle d’ « empire Plantagenêt » avec une cour itinérante. Une littérature anglo-normande ou anglo-française voit donc le jour, par exemple dans des chroniques telles le « Roman de Brut », de Wace, originaire de Jersey, vers 1155, histoire légendaire de l’Angleterre. Le français trouve sa place comme langue juridique et administrative au coté du latin dans le royaume d’Angleterre. Ces chroniques et romans sont destinés à l’aristocratie et au clergé. Le français devient d’ailleurs durant les XIIème et XIIIème siècle la langue vernaculaire la plus prestigieuse dans l’occident médiéval. Des écrivains italiens, comme Brunetto Latini (1220-1294) écrivent en français.

Comment expliquer que le français, langue du pouvoir politique, ne soit pas alors devenu la langue du peuple anglais ?

A.M : Le vieil anglais, langue germanique, est resté en effet la langue de la population anglaise. La conquête normande en 1066 et l’arrivée des Plantagenets en 1154, sur le trône d’Angleterre, ne se sont pas traduites par un important déplacement de population de l’actuelle France vers l’Angleterre. On ne peut pas parler de « colonisation de peuplement ». L’apport des populations francophones parlant français s’est surtout limité à la noblesse et au haut clergé. Au début du XIIIème siècle, les Plantagenêts perdent le contrôle de la Normandie, du Maine et de l’Anjou au détriment du roi de France, sous le règne de Jean sans Terre (1199-1216). Les rois d’Angleterre ne reprendront pied dans cette région que deux siècles plus tard durant la guerre de cent ans. La cour s’installe donc durablement en Angleterre. Elle s’ancre au sein d’une population anglophone. Le mixage des populations s’opère. Le français cesse progressivement d’être la langue maternelle d’une partie de l’aristocratie en particulier des ses couches intermédiaires et inférieures, la « gentry ».

L’apparition de manuels d’apprentissage du français, au milieu du XIIIème siècle, est un premier signe. Des textes anglais commencent à réapparaître comme des poèmes dans la seconde moitié du XIIIème siècle et à partir du XIVème et du XVème siècle, leur nombre se multiplie considérablement. Cette croissance est nourrie par le développement de l’aptitude à lire au sein de la « gentry », des élites urbaines et même de certaines élites paysannes. L’anglais se développe avec les progrès de l’alphabétisation au sein de la population. La bible est traduite en anglais dans les années 1380-1390, ce qui n’a pas d’équivalent en Europe durant cette période mais cela ne va pas sans poser problème car cette traduction est le fait d’un mouvement hérétique, celui des lollards.

Des œuvres fondamentales sont écrites à la fin du XIVème siècle. La plus connue est celle de Geoffrey Chaucer, mort en 1400, « Les Contes de Canterbury ». L’auteur est souvent considéré comme le père de la littérature anglaise. Mais l’anglais de Chaucer n’a plus rien à voir avec l’anglais d’avant la conquête normande. Le vieil anglais était de l’anglo-saxon, une langue au vocabulaire exclusivement germanique. Le lexique de l’anglais des XIVème et XVème siècle est désormais composée d’environ 25 pour cent de mots d’origine latine et 25 pour cent de mots français. On passe de l’anglo-saxon au moyen anglais.

Le français reste-t-il cependant influent au sein des élites politiques durant plusieurs siècles ?

Les auteurs nationalistes britanniques au XIXème ainsi que dans la première moitié du XXème ont beaucoup écrit sur « triomphe de l’anglais » à la fin du Moyen Age. Les choses sont plus complexes. Le français ne disparaît pas à la fin du XIIIème siècle en Angleterre. Il demeure jusqu’à la fin du XVème siècle la langue administrative du pays, avec le latin. Le français reste également la langue courtoise européenne par excellence (bien qu’il soit désormais concurrencé par d’autres langues vernaculaires en formation, comme le castillan ou l’italien par exemple). Les rois d’Angleterre qui revendiquent la couronne française à partir de 1337 conservent une culture française au sein de la cour. Les deux langues ne sont pas cloisonnées, dans un environnement multilingue. Henri V, le vainqueur d’Azincourt, parlait le français et l’anglais. Il comprenait aussi le latin. Au sein de la population anglaise, les marchands qui dépendaient beaucoup du commerce transmanche ont longtemps parlé français. L’affirmation de l’anglais fut un processus très lent. Ce n’est qu’au cours du XVIème siècle que le français connut un vrai déclin, même si il resta la langue juridique de l’Angleterre jusqu’au XVIIème siècle.

11/02/2018 – DESORGUES, Pierre

 

Voir aussi

Le déclin de l’Organisation internationale de la Francophonie

L’avenir de l’Organisation internationale de la Francophonie est en Afrique. Pourquoi alors ne pas leur …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes