Accueil / Québec / HEC, l’anglophone

HEC, l’anglophone

Quarante ans après l’adoption de la Charte de la langue française (loi 101), le débat refait surface là où on l’attendait le moins, du côté des universités.

Pour des raisons mercantiles, nos universités francophones font du recrutement d’étudiants étrangers et se lancent dans une compétition effrénée avec leurs homologues anglophones, voire américaines.

C’est ainsi que depuis le début des années 2000, des cours et parfois des programmes complets exclusivement en anglais sont introduits que ce soit à l’Université Laval, à l’Université de Sherbrooke ou à l’Université du Québec à Montréal.

Mais la palme revient à la plus grande université francophone du Québec, l’Université de Montréal, qui a autorisé une de ses composantes, l’École des hautes études commerciales (HEC) à offrir, depuis une quinzaine d’années, un programme complet de MBA en anglais seulement, auquel s’est ajouté, depuis 2012, un programme de maîtrise en administration, également en anglais. Depuis, on ne compte plus les dérives. Malaise et insatisfaction chez de nombreux professeurs et étudiants.

La mondialisation comme alibi

La direction de cette institution destinée à former l’élite francophone des affaires se défend de marginaliser la langue officielle du Québec, alléguant qu’il s’agit là d’un impératif lié à la mondialisation et d’une innovation qui s’inscrirait dans «la tradition d’ouverture sur le monde qui a toujours caractérisé HEC Montréal».

Un tel argument ne tient pas la route. Soit que le français, pourtant classé 3e langue mondiale, n’est pas fait pour les affaires ou que l’administration des affaires demeure une chasse gardée des anglophones qui ne peut être accessible aux francophones que par l’acquisition des connaissances en anglais. Pourtant, c’est contre cette hégémonie anglo-saxonne que le Québec s’est mobilisé dans les années 1960. Le «Maîtres chez nous» de la Révolution tranquille c’était aussi la maîtrise par les Francophones de leur destin économique, politique et social.

C’est un fait que nous vivons à une époque où les affaires se font surtout en anglais. Il fut un temps où pour étudier la chimie, il fallait apprendre l’allemand. L’histoire nous enseigne aussi que les langues dominantes sont celles des économies dominantes, mais ce n’est pas une fatalité, surtout pas une raison pour qu’une institution universitaire francophone abdique ses responsabilités quant à la transmission de la connaissance aux générations futures en français.

Miser sur nos forces

Au contraire, parce que le français est une langue vulnérable dans le contexte nord-américain, les hauts lieux de savoir comme HEC Montréal doivent redoubler d’efforts pour soutenir et développer leurs multiples champs d’expertise et rayonner, en français, non seulement au Québec, mais aussi à l’international sur les plans de l’enseignement et de la recherche. Pour cela, il faut que la formation universitaire soit donnée en français, par des professeurs, des conférenciers et des chercheurs qui maîtrisent notre langue et qui sont familiers avec notre culture institutionnelle.

Ce qui n’empêche pas que les étudiants puissent apprendre et maîtriser l’anglais des affaires et d’autres langues, comme compétence en soi. HEC Montréal, qui a déjà été un précurseur en cette matière à ses débuts, pourrait s’appuyer sur l’un des avantages comparatifs de Montréal, son plurilinguisme, pour devenir une plaque tournante en matière d’enseignement et de recherche sur les langues des affaires (l’anglais, le mandarin, le japonais, etc.).

Une telle approche permettra à la future élite francophone des HEC d’acquérir le vocabulaire des affaires en anglais sans avoir à subir l’humiliation de suivre des programmes complets de baccalauréat ou de maîtrise en administration des affaires en anglais, dispensés par des professeurs francophones.

16/01/2017 – HOUDA-PÉPIN, Fatima
http://www.journaldemontreal.com/2017/01/16/hec-langlophone

 

Mouvement Québec français, 16/01/2017 – Mise à jour : 16/01/2017

La cohérence exige que toute institution québécoise financée par le trésor publique a le devoir de faire rayonner la langue de l’État québécois.

Posons cette question : Pourquoi développer des programmes de langue anglaise dans les universités de langue française?

Ensuite cette question : Dans l’intérêt de qui?

Alors que Québec investit plus ou moins 30% du financement universitaire dans les institutions anglaises destinées à la communauté anglophone historique qui ne représente que 8%-9% de la population québécoise, développer des programmes en langue anglaise dans les universités de langue française n’est qu’affaiblir le réseau universitaire de langue française, par le fait même, le rayonnement de la langue française ainsi que le rapport de force de l’État québécois face au régime fédéral canadien.

Il y a peu d’intérêt pour le Québec d’investir autant d’argent dans les institutions de langue anglaise. Cette décision de financer excessivement ces institutions n’est que pour les intérêts d’un petit groupe de notre élite intellectuelle et industrielle.

C’est un retournement de l’État québécois contre la nation québécoise.

Comme le disait Pauline Marois en septembre 2012 [1] : « L’argent public ne doit pas servir à angliciser les Québécois. »

Nous payons chèrement notre anglicisation.

[1] http://www.ledevoir.com/politique/quebec/358343/renforcement-de-la-loi-101-marois-entend-rester-ferme
Commentaires

Voir aussi

Déclin du français: Lisée veut une loi 202

C’est un bon pas. Mais il en manque. Qu’en est-il du bilinguisme institutionnel, du surfinancement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes