La francophonie, un atout économique pour l’Ontario

La langue française est la 3e langue des affaires dans le monde. Avec l’explosion démographique en Afrique, la langue française va devenir de plus en plus importante avec plus ou moins 750 millions de parlant français à travers le monde en 2050.

MQF – 19/05/2018

Le bilinguisme en Ontario doit être exploité au point de vue économique. La francophonie est un atout pour la province, selon une étude du Conference Board du Canada dévoilée mercredi.

« L’Ontario, le commerce et les avantages du bilinguisme anglais-français » est une étude qui a été parrainée par l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

Si la province avait une moins bonne connaissance du français, les exportations ontariennes vers les pays francophones auraient été inférieures de 58 millions $ et les importations de 1,4 milliard $.

« La maîtrise du français ouvre les portes de nouveaux marchés internationaux. La province devrait encore plus mettre à profit cet avantage, notamment en mettant plus d’effort dans sa participation à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) », a déclaré Carol Jolin, président de l’AFO.

La province a joint les rangs de l’OIF en novembre 2016 à titre de membre observateur. En exploitant son siège au sein de l’organisme l’Ontario pourrait tirer son épingle du jeu et ainsi diversifier encore plus son économie, selon les données de l’étude. La participation pourrait créer de nouvelles occasions d’échanges pour la province.

L’étude dresse un bilan des échanges commerciaux externes de l’Ontario en lien avec le bilinguisme. En tout, 83% des échanges se font uniquement avec les États-Unis.

« Bien que l’Ontario semble avoir une préférence pour les échanges avec les États-Unis et les pays anglophones, la présente étude nous a aussi permis d’établir que la francophonie en Ontario encourage les échanges avec les pays francophones », peut-on lire dans le document.

La disponibilité des données limite l’étendue de la recherche. Étant donné que les taux de bilinguisme varient d’une région à l’autre de l’Ontario, les chercheurs sont d’avis que les effets régionaux mériteraient d’être explorés dans une étude ultérieure. Ce serait aussi l’occasion de prendre en compte les échanges interprovinciaux.

« Il est essentiel de se doter de données probantes. Cette étude est une première, mais il serait nécessaire d’en avoir d’autres pour mesurer l’impact réel de nos secteurs économiques francophones au sein de l’économie ontarienne et pour démontrer le potentiel économique de notre francophonie ontarienne. Il est urgent d’augmenter nos échanges commerciaux non seulement avec les pays de la francophonie mondiale, mais aussi au sein de la francophonie économique canadienne », soutient Denis Laframboise, président de la Société économique de l’Ontario.

SOURCE – 16/05/2018 – BRANCH, Sylvie

Voir aussi

Vidéo promotionnelle de la campagne de financement 2018

Le MQF tient sa campagne de financement. Nous avons besoin de votre soutien pour pouvoir …