La guerre des langues

09 mars 2016

CHRISTIAN RIOUX | LEDEVOIR.COM | 05/03/2016

Ainsi donc, le bilinguisme serait cet état rêvé d’équilibre linguistique où les langues coexisteraient dans l’harmonie et où chacun serait invité à s’« ouvrir au monde » ? Telle est l’image officielle du bilinguisme que véhiculait notamment Pierre Elliott Trudeau et qui est aujourd’hui reprise, non seulement par son fils, mais un peu partout dans le monde. Face à cette vision idyllique du rapport entre les langues, certains penseurs rigoureux s’évertuent à rappeler que, même si elles se valent toutes sur le plan linguistique, certaines langues sont plus égales que d’autres.

Telle est la thèse que défend et qu’illustre avec brio la critique littéraire Pascale Casanova qui enseigne à l’université Duke en Caroline du Nord. L’originalité du petit livre qu’elle vient de publier, La Langue mondiale, traduction et domination (Seuil), consiste à démonter les mécanismes de la domination linguistique non pas à partir de l’anglais, langue par excellence de la mondialisation, mais du français, à l’époque où celui-ci succéda au latin comme langue mondiale.

Qu’on se rassure, Pascale Casanova n’a rien contre le bilinguisme individuel, qui peut être un enrichissement. Pourtant, comme le disait Gaston Miron il n’y a pas si longtemps, il n’est pas de signe plus évident de domination linguistique que le bilinguisme collectif, rappelle Pascale Casanova. L’universitaire cite le linguiste Joseph Vendryès (1875-1960) qui, dans un livre paru en 1923, évoquait la dissolution probable du breton face au français. « C’est aujourd’hui chose faite et depuis longtemps, dit-elle. Il ne s’agit pas de pleurer sur des langues disparues, mais il faut comprendre comment cela s’est passé et essayer de ne pas le reproduire. »

Une tentative de dissolution

Il y a quelques années, Pascale Casanova avait publié un essai remarqué intitulé La République mondiale des lettres (Seuil) qui démontait les mécanismes de la domination littéraire. S’appuyant sur les travaux du philosophe Pierre Bourdieu, elle affirme aujourd’hui que plus le bilinguisme est grand et met les langues en contact, plus celles-ci s’interpénètrent et plus la domination opère.

« Le bilinguisme collectif est une autre tentative de dissolution : il exporte, avec la langue, les pensées et les catégories de pensée permises par la langue dominante, sans passer par la traduction (c’est-à-dire par la langue dominée). Et il est une incorporation, une véritable appropriation, comme une première étape avant l’élimination de la langue dominée. »

Dans son livre, Pascale Casanova montre comment le français aux XVIe et XVIIe siècles s’est approprié des grands textes des auteurs grecs et latins en les traduisant librement quitte à les transformer et à les adapter. Il s’agissait d’accaparer ce « capital » littéraire afin de permettre au français de devenir la nouvelle langue mondiale. Pour Casanova, l’anglais ne fait pas autrement chaque fois qu’il traduit. Et cela malgré tous les discours sur le respect du texte original.

Loin d’être un lieu de coexistence pacifique, le bilinguisme collectif est plutôt le terrain d’une véritable guerre. A fortiori si l’une de ces langues est la langue mondiale, dit Casanova. Car à travers les mots, la syntaxe, les images ou le style, ce sont ses idées, ses moeurs, sa morale que la langue dominante transmet et impose.

Une vision du monde

« Avec les traductions sont exportées aussi des pensées, des catégories de pensées, des visions et des divisions, des objets dignes ou indignes d’être pensés, des façons d’aborder tel ou tel objet de pensée, écrit Pascale Casanova. Cela suppose que l’exportation d’une langue implique bien plus que la langue elle-même ; elle inclut aussi […] toute une vision du monde. »

L’écrivaine montre bien comment le passage d’une langue à une autre s’opère sans qu’on en prenne conscience. Ainsi, en France, est-on passé imperceptiblement du latin au roman et de ce dernier au français. « L’une des particularités des langues mondiales, du fait qu’elles sont considérées comme des langues prestigieuses, est de s’intégrer aux langues à dissoudre, de remplacer un mot puis un autre (ce que les locuteurs de la langue dominée appellent des "emprunts"), et ce, jusqu’à ce que les mots empruntés soient plus nombreux que les autres. Alors la première langue aura disparu ! »

On croit souvent que la domination linguistique est le simple reflet de la domination économique. La chercheuse réfute cet argument en affirmant que la langue obéit à d’autres impératifs. Le Grec fut la langue du prestige à Rome longtemps après la conquête d’Athènes. Le latin a étendu sa domination en Europe plusieurs siècles après la chute de l’empire. Au début du XXe siècle, le français était encore la langue de la diplomatie même si la France n’était pas la puissance dominante. Quant à l’anglais, dit Pascale Casanova, « il me semble que c’est parce qu’il était dominant qu’il est devenu la langue des affaires ». Ainsi, ce n’est pas la position économique de la Chine qui garantit que le chinois deviendra demain la nouvelle langue mondiale.

L’arbitre de la « modernité »

Comment résister à la langue mondiale ? Pascale Casanova se méfie de toutes les injonctions qui somment le français de se « moderniser » afin, au fond, de ressembler encore un peu plus à l’anglais, ce qui ne serait qu’une autre façon de consacrer sa domination. L’universitaire va plutôt puiser son inspiration chez le poète Giacomo Leopardi que l’on pourrait décrire comme une sorte de Gaston Miron italien qui vécut au début du XIXe siècle. Leopardi incitait ses compatriotes à imposer leur langue comme la véritable héritière du latin et non pas en copiant la langue dominante de l’époque, le français. Il incitait les Italiens à refuser le français comme seul arbitre de la modernité.

Aujourd’hui, Pascale Casanova déplore la domination de plus en plus grande de l’anglais en France. « Elle touche maintenant les manières de manger, de s’habiller, de se meubler, dit-elle. J’espère que les Français vont enfin comprendre cette emprise et qu’il ne sera pas trop tard ! » Même si l’écrivaine ne manifeste pas un optimisme débordant, elle n’hésite pas à reprendre les mots de Vendryès qui constatait que la domination linguistique se passait aussi « dans l’esprit de chaque locuteur ». C’est donc, dit-elle, que « nous participons nous aussi, sans le savoir, à la domination de l’anglais et qu’il ne tient qu’à nous de choisir de parler ou d’écrire une autre langue, chaque fois que c’est possible, bien sûr ».

SOURCE : La guerre des langues

 

Partager cet article :