Accueil / Québec / Le français comme force

Le français comme force

La Francophonie est un réseau d’influence économique et culturelle. Le Québec en est la porte d’entrée de l’Amérique de Nord. Il faut assumer notre rôle et nos responsabilités.

MQF – 17/03/2017

À LIRE – Le 20 mars prochain sera célébrée la Journée internationale de la francophonie. Ce texte se veut une humble contribution aux réflexions entourant la place du Québec dans la francophonie dans un contexte de mondialisation, notamment à savoir comment il peut en tirer profit en harmonie avec ses confrères et consœurs francophones de par le monde.

La question du français au Québec figure probablement au palmarès des questions qui ennuient actuellement le plus les Québécois – et surtout les jeunes.

Presque systématiquement politisée, elle est souvent réduite à une querelle historique opposant différentes visions de la préservation, de la transmission et de la place de la langue française au Québec.
Or, bien que ce débat eût été et soit toujours fondamental pour l’avenir de la nation québécoise, il n’épuise en rien la question du français au Québec, notamment dans un contexte de mondialisation. Certes, la langue française est un pilier de l’identité québécoise, mais elle revêt également un atout fort intéressant pour le développement actuel et futur du Québec, car elle permet un rapprochement d’office avec la francophonie.

La francophonie, qu’est-ce que c’est?

La francophonie, c’est l’ensemble des locuteurs de langue française. On en compte 274 millions répartis dans 84 États et gouvernements à travers le monde. À titre comparatif, c’est plus de 7 fois le nombre de Canadiens.

On a souvent l’impression, au Québec, que le français se porte mal. Or, il est important de noter que la réalité, sur le plan mondial, est tout à fait contraire aux premières impressions que l’on pourrait avoir. En effet, la langue française deviendra fort probablement la langue la plus parlée au monde en 2050, notamment en « raison de la croissance de la population de l’Afrique subsaharienne ». Selon l’Organisation internationale de la francophonie, ce sont 700 millions de personnes qui parleront le français en 2050, dont 85% se trouveront en Afrique.

Ce n’est donc pas l’anglais ou le mandarin qui domineront prochainement le monde, sur le plan linguistique, mais bien le français.

Tirer profit du caractère français du Québec

Par son caractère français, le Québec sera nécessairement avantagé par cette réalité. Il le sera d’autant plus qu’il bâtit d’ores et déjà des relations avec l’ensemble des membres de la Francophonie institutionnelle. Cette dernière s’appuie sur l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui a pour mission de « promouvoir la langue française et les relations de coopération entre les 84 États et gouvernements membres ou observateurs de l’OIF. »

En plus de soutenir le français sur la scène internationale, l’implication du Québec dans l’OIF lui permet de contribuer à la promotion de la paix, de la démocratie, des droits de l’Homme, de la « coopération climatique internationale », de la formation des futurs professionnels et travailleurs francophones ainsi que de la recherche produite en français.

Cette implication pourrait également lui permettre de participer à l’accroissement de la collaboration économique entre les États francophones qui pourrait de beaucoup s’accentuer, et ce, au profit de tous. Le renforcement de l’espace économique francophone était d’ailleurs un axe stratégique de la « XVe Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage ». Le Québec doit s’impliquer dans le développement de cet espace économique. Cela est tout à son avantage.

Une force pour le Québec

En conclusion, le caractère français du Québec, pilier de son identité, recèle un énorme potentiel d’enrichissement économique, social et culturel.

On ne le réalise pas assez, au quotidien. Or, tâchons de faire en sorte que cela change.

 

16/03/2017 ─ THIBAULT, Jean-François

http://quebec.huffingtonpost.ca/jean-francois-thibault/francais-force-francophonie_b_15385230.html

Commentaires

Voir aussi

L’Office du tourisme misera davantage sur l’accent francophone de Québec

Québec est le berceau de la langue française en Amérique. N’est-ce pas alors la moindre des …