Le MQF réclame la démission des Bâtonniers

Montréal, 29 mai 2018 – Par la voix de son président, Me Maxime Laporte, le Mouvement Québec français (MQF) a publié mardi une déclaration en réponse à la décision du conseil du Barreau du Québec de faire fi de la volonté de ses membres en refusant de se désister de sa croisade visant à bilinguiser davantage le processus d’adoption des lois et règlements du Québec :

« Le Barreau rie de nous. Loin d’enregistrer un désistement de son recours comme l’ont pourtant demandé ses membres en assemblée générale extraordinaire (AGE), le conseil du Barreau s’entête à vouloir bilinguiser notre Parlement national. Jouant avec les mots, les dirigeants du Barreau entendent faire indirectement ce qu’ils ne sauraient légitimement faire de manière directe. C’est ainsi qu’ils chercheront à obtenir, hors-cours, un règlement qui soit favorable à leur interprétation juridiquement controversée et éminemment politique de l’article 133 de la Loi constitutionnelle de 1867.

Comment demeurer indifférents face à un tel mépris de la démocratie interne de l’ordre ? Comment accepter une telle manifestation d’irresponsabilité morale quant au statut du français au Québec ? Sans compter le manque de transparence éhonté dont a fait preuve le conseil du Barreau en caviardant ses procès-verbaux pour cacher le contenu de ses discussions sur le fond du dossier…

Par ailleurs, que dire du silence révélateur, depuis l’AGE de jeudi dernier, du Barreau de Montréal ? Comme si de rien n’était, tout indique que ce dernier demeurera partie au litige dont il est l’architecte… Cette position est totalement injustifiable. D’autant qu’à la lumière des récentes révélations du Devoir, l’action du Barreau de Montréal fut entreprise malgré un avis juridique défavorable de la part du professeur Stéphane Beaulac ! Est-ce là agir en administrateurs « prudents et diligents »

Pour toutes ces raisons, le Mouvement Québec français réclame la démission immédiate à la fois du Bâtonnier du Québec, Me Paul-Matthieu Grondin, et du Bâtonnier de Montréal, Me Brian Mitchell. »

Rappelons que le 15 mai dernier, le MQF a organisé une manifestation citoyenne devant la Maison du Barreau du Québec à Montréal, laquelle a retenu l’attention de plusieurs médias.

-30-

Voir aussi

Le financement de la nouvelle Université de l’Ontario français est-il suffisant ?

Après les sept premières années d’opération de l’Université de l’Ontario français, il sera intéressant de …