Accueil / Francophonie / Le poids médiatique des francophones hors Québec est anémique

Le poids médiatique des francophones hors Québec est anémique

L

25/01/2017 | mise à jour 26/01/2017 </MQF>

Les francophones hors Québec occupent autant de place dans les médias canadiens sur une année que l’espace réservé à l’horoscope, révèle le Bilan 2016 publié par Influence communication.

Même si elles représentent 3,2 % de la population canadienne, les communautés francophones hors Québec n’occupent que 0,46 % de tout l’espace médiatique au pays, une situation qui se dégrade année après année. «Un tel décalage illustre à quel point il est difficile pour ces communautés de protéger, voire de faire rayonner leur culture», soutient le rapport d’Influence communication.

Encore plus frustrant pour ces francophones hors Québec qui cherchent à s’informer sur leur propre réalité; sur 100 % du contenu qui leur est destiné, près de 15 % concerne le Québec. «Même les médias destinés aux francophones hors Québec servent des nouvelles du Québec, note Jean-François Dumas, président d’Influence communication. Déjà que le contenu qui les concerne est faible, une forte proportion de l’information porte sur le Québec. Ça n’a absolument aucune utilité.»

Les Franco-Ontariens

Les plus grands perdants sont sans aucun doute les Franco-Ontariens, précise le rapport d’Influence communication. Tout près de 90 % de la couverture médiatique concernant les francophones hors Québec est monopolisée par une seule communauté, à savoir l’Acadie, même si les Acadiens ne représentent que 26,6 % du poids démographique de la francophonie à l’extérieur du Québec.

Les Franco-Ontariens dont la communauté compte plus de 600 000 individus ne profitent que d’un faible 3,8 % de la couverture médiatique accordée aux francophones hors Québec.

«Heureusement que Le Droit et Radio-Canada sont présents pour les Franco-Ontariens, indique M. Dumas. Ces deux médias constituent un apport important de la couverture médiatique de la communauté franco-ontarienne. Mais un fait demeure: la couverture médiatique que reçoivent les Franco-Ontariens est complètement disproportionnée par rapport à leur poids démographique.»

M. Dumas est tenté de faire un parallèle entre ce que vivent les communautés francophones hors Québec et les différentes régions du Québec. L’an passé, Influence communication avait révélé que l’intérêt envers les nouvelles régionales avait chuté de 88 % en 15 ans au Québec. «Les régions du Québec, comme les communautés francophones hors Québec disparaissent de l’ensemble des médias, note M. Dumas. Les particularités régionales et les intérêts de communautés spécifiques génèrent de moins en moins d’intérêt.»

Commentaires

Voir aussi

Services bilingues : Postes Canada est-elle au-dessus de la loi?

<MQF> Le service bilingue chez Postes Canada est devenu secondaire. Dans un Canada dont la loi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *