Accueil / Québec / Les leçons du «maudit cul»

Les leçons du «maudit cul»

Le plus grand enjeu de notre culture québécoise est son essor dans le monde numérique.

MQF – 07/08/2017

Ceux qui s’apprêtent à célébrer le 40e anniversaire de la Charte québécoise de la langue française devraient se demander ce qu’il faut fêter très exactement. Depuis son adoption, le 26 août 1977, la loi 101 a-t-elle atteint ses objectifs en matière d’intégration des immigrés ?

Vous n’aimerez sans doute pas les propos qu’on entend dans le documentaire Les Québécois de la loi 101, qui sera bientôt diffusé sur RDI. Ils sont d’une brutale vérité. Cependant, force est d’admettre qu’ils sont francs, réfléchis et qu’ils brassent la cage.

J’ai regardé hier cet excellent documentaire de la réalisatrice Judith Plamondon et du chroniqueur culturel Stéphane Leclerc. J’ai apprécié la richesse et l’audace des idées et des propos qui s’en dégagent. Je vous avoue toutefois que ma tête a pivoté sur elle-même à quelques reprises.

Dans ce documentaire, où on laisse beaucoup de place à la discussion (adieu, les têtes parlantes !), de jeunes immigrés, du niveau collégial et secondaire, nous démontrent que la loi 101 n’est pas un échec, mais qu’elle n’est pas non plus une grande réussite.

On indique aux jeunes immigrés le chemin d’une éducation en français, mais on oublie un aspect essentiel : leur faire découvrir notre culture. Ce constat est dur. Il est profondément actuel. Et il a des effets pervers.

Quand on demande à un groupe d’élèves composé de diverses origines culturelles du Collège Vanier, un établissement anglophone situé dans l’arrondissement de Saint-Laurent, s’ils se voient encore au Québec dans dix ans, ceux-ci répondent par un non très clair. Ils se voient ailleurs dans le monde.

La loi 101 a pour but, entre autres, de permettre aux nouveaux arrivants d’apprendre le français. Mais au moment de créer cette loi, on n’avait pas prévu que le monde allait connaître un gigantesque bouleversement sur le plan social et que nous allions assister à un effet de métissage généralisé.

Ces « trous » dans la connaissance de la culture québécoise font en sorte que beaucoup de jeunes se retrouvent aujourd’hui dans une sorte de brouillard identitaire. « Je ne sais pas si je suis Coréen, Canadien ou Québécois », dit un jeune garçon. Difficile de ne pas songer à ce moment-là à la fameuse tirade d’Elvis Gratton sur l’identité québécoise.

Ce no man’s land identitaire s’explique de plusieurs façons. Même s’ils éprouvent beaucoup de fierté d’avoir appris le français et de vivre ici, plusieurs jeunes trouvent difficile d’évoluer dans une société qui leur renvoie sans cesse l’idée qu’ils ne sont pas Québécois.

La chroniqueuse du Devoir Cathy Wong dit plusieurs choses intéressantes dans ce documentaire, notamment que la loi 101 a tenté de faire des immigrés des « nous », mais que l’on continue de parler d’eux comme de « vous ». Selon elle, la loi 101 n’a pas réglé la question de la « peur de l’autre ».

De son côté, le rappeur Ogden Ridjanovic affirme qu’on devrait enseigner le français en évitant l’éternelle dualité anglais-français. Lui qui mélange habilement les deux langues dans ses compositions de hip-hop croit que les Québécois doivent se débarrasser de ce complexe.

Le documentaire nous entraîne dans une séance de Word’UP ! Battles, ces joutes oratoires auxquelles se livrent des jeunes en mélangeant les langues, particulièrement le français et l’anglais. On a alors droit à un exemple éloquent de franglais, mais surtout d’intégration culturelle.

Il y a une fierté de notre culture qui est à transmettre aux immigrés. L’ex-ministre Louise Beaudoin évoque le livre d’Akos Verboczy (également interviewé dans le documentaire), Rhapsodie québécoise – Itinéraire d’un enfant de la loi 101. L’auteur y parle d’une démonstration de danses culturelles devant des jeunes d’une école. Ceux-ci ont littéralement pouffé de rire quand est venu le tour de la danse québécoise. Visiblement, il manquait à ces jeunes certains codes pour bien apprécier le spectacle.

Alors, avons-nous raté le bateau ? Je ne le crois pas. Mais je crois qu’il faut rapidement adapter notre approche à la réalité d’aujourd’hui si on veut mieux intégrer ceux qui décident de se joindre à nous.

Le français est en perte de vitesse au pays, nous apprenaient des données de Statistique Canada publiées mercredi. Oui, il faut protéger la langue française. Oui, il faut la faire aimer des autres. Mais il faut aussi expliquer pourquoi on mène cette lutte.

À la fin du documentaire, il y a une scène extraordinaire où de jeunes élèves du secondaire de différentes origines lisent des extraits des Belles-soeurs, de Michel Tremblay. Un jeune garçon d’origine chinoise lit, en butant sur certains mots, un passage du monologue du « maudit cul », le cri de désespoir de Rose Ouimet qui constitue l’un des moments forts de cette oeuvre.

Apprendre à un jeune immigré que nous avons vécu la Révolution tranquille, que nous nous sommes libérés de la domination des curés, que des femmes, sous l’emprise de leur mari, ont osé dire enfin qu’elles étaient tannées de subir le « maudit cul » soir après soir, que les Canadiens français se sont approprié une langue qui a fait d’eux des Québécois, c’est peut-être par cela qu’on devrait commencer.

Les Québécois de la loi 101

Une idée originale de Stéphane Leclerc

Une réalisation de Judith Plamondon

Diffusion : 24 août, 20 h, sur RDI

05/08/2017 – GIRARD, Mario

 

Commentaires

Voir aussi

Pour ne pas imiter la langue de Mélanie Joly

Comment une ministre du Patrimoine canadien peut-elle être crédible quand elle bafoue tout autant le …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes