Les Québécois parlent aux Français

Le Québec est le seul État majoritairement francophone de l’Amérique du nord. Le contexte de la mondialisation rend le combat pour la diversité culturelle et linguistique plus important que jamais. Le combat du Québec français s’inscrit dans un mouvement universel contre l’uniformisation des cultures nationales et leur réduction au rang de simples marchandises. Ce mouvement s’inscrit lui-même dans le prolongement de l’affirmation du droit des peuples à l’autodétermination et de la décolonisation qui a marqué les dernières décennies.

MQF – 05/03/2018

En mars aura lieu, comme chaque année, la Semaine de la Francophonie. Le cru 2018 s’annonce prometteur. Après des décennies de silence relatif sur la question de la place et du rôle de la langue française dans le monde, l’État français semble accorder un intérêt inédit à la francophonie. Le 26 janvier dernier, une plateforme de consultation citoyenne internationale, « Mon idée pour le français », a été lancée par la France dans le but d’échafauder une stratégie de promotion francophone ambitieuse. Stratégie que le président Emmanuel Macron dévoilera publiquement le 20 mars 2018. Voilà une belle occasion de réfléchir, de partager, de mettre en lumière les potentiels gigantesques de la francophonie à l’aube du XXIe siècle, sans oublier bien sûr ses fragilités et les freins qui entravent son épanouissement.

En matière de défense et de promotion de la langue française, le Québec fait figure de phare pour l’ensemble du monde francophone. Cela fait maintenant un quart de millénaire, depuis le Traité de Paris (1763), que la langue et la culture francophones tiennent bon le long du Saint-Laurent. Non seulement les Québécois tiennent, mais ils sont même parvenus, sans renier leur langue, à s’imposer comme une puissance économique et culturelle de dimension mondiale. C’est grâce à la clairvoyance, à l’opiniâtreté et à l’extraordinaire volonté de (sur)vie des Canadiens francophones que la langue française a pu se maintenir et s’épanouir sur le continent nord-américain, enrayant un processus d’uniformisation linguistique qui semblait irrésistible.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Force est de constater que le combat pour la pérennisation et l’essor du français à l’ouest de l’Océan n’est pas gagné. La lutte recommence sans cesse sous des formes nouvelles. Les illustrations sont malheureusement légion. On a beaucoup parlé récemment de l’anglicisation orale des noms de joueurs francophones exigée par Hockey Canada aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Simple anecdote ? Cas isolé ? Probablement pas. L’anglicisation croissante et rapide des commerces de Montréal, maintes fois relevée depuis (déjà !) un certain nombre d’années, soulève beaucoup d’inquiétude et suscite de vifs débats entre les partisans et les adversaires de la Charte de la langue française (ou loi 101). Certains songent même tout simplement à l’abolir, au nom de « l’ouverture » et de « l’adaptation » au monde « moderne ».

Couverture médiatique

Et pendant ce temps, que se passe-t-il de l’autre côté de l’Océan ? Les Français s’intéressent-ils aux querelles linguistiques qui secouent la Belle Province ? Apparemment assez peu, si l’on en croit la couverture médiatique quasi inexistante. Et pourtant, les Français seraient bien inspirés de s’y intéresser davantage, car ces débats mettent en lumière des problématiques et des enjeux qui désormais les concernent aussi. Depuis le tournant des années 1980-1990, le processus de mondialisation (et donc d’anglicisation) s’est subitement accéléré, dans un contexte où les États-Unis, bénéficiant notamment de l’effondrement de l’Union soviétique, s’érigeaient en hyperpuissance. C’est précisément à ce moment-là que l’anglais basique (ou globish) a commencé à pénétrer en Europe. La France n’a non seulement pas échappé à la règle, mais s’y est même pliée dans bien des domaines.

Aujourd’hui, la standardisation globalisante de la société française se poursuit et s’accélère. On le voit dans les médias, où il est de plus en plus question de news et autres talk-shows. On le voit sur les devantures des magasins, les vêtements pour enfants, à travers les opérations de communication des collectivités territoriales, sans oublier les nouvelles entreprises de plus en plus nombreuses à adopter des noms angloïdes. Ces pratiques sont communément admises, par indifférence, voire par souci, encore une fois, « d’ouverture » et « d’adaptabilité » au monde « moderne ». Soit. Mais de quelle modernité parle-t-on ? Celle de la fin du XXe siècle ? Ou celle du milieu du XXIe ? Et de quel monde parle-t-on ? Du meilleur des mondes d’Aldous Huxley, entièrement standardisé et aseptisé ? Ou d’un monde plus humain et équilibré, capable de transformer les spécificités culturelles et linguistiques en atouts majeurs d’intelligence territoriale et de développement durable ? En atouts majeurs d’un monde multiple, ouvert et apaisé ?

Solidarité renouvelée

Une véritable bataille psychologique est en cours, au Québec comme en France, entre les partisans de l’uniformisation et ceux de la diversité. Pour la remporter, les militants de la francophonie ne devront pas se contenter d’une position défensive, au risque de passer pour d’insupportables grincheux. Non, les francophones doivent se poser en bâtisseurs d’une nouvelle mondialisation, celle du XXIe siècle, respectueuse des identités et de la diversité culturelle. Elle est déjà sur les rails, mais elle est fragile. Il est vital d’accompagner cette évolution, c’est maintenant que tout se joue. Les francophones, de France, du Québec et d’ailleurs, s’engageront-ils dans cette construction éclairée et collective ?

Le chantier s’annonce long et difficile, mais il est nécessaire et enthousiasmant. Le moment est venu de prendre collectivement conscience des enjeux, qui dépassent largement les échelles nationales et même celle de la Francophonie. La construction du monde de demain appelle des efforts et une solidarité renouvelée. À la fin de son discours historique du 24 juillet 1967 sur le balcon de l’hôtel de ville de Montréal, le général de Gaulle évoquait l’aide que le Québec apportera un jour à la France. Nous y sommes. Des deux côtés de l’Océan, les francophones rencontrent des problèmes similaires. La France a besoin de l’expérience des Québécois et les Québécois ont besoin d’une France qui se réveille. Alors oui, en ce début d’année 2018, les Québécois parlent à la France. Les Québécois parlent au monde. En français.

03/03/2018 – HURARD, Florian

 

Voir aussi

Martine Ouellet demande, au nom de 9751 citoyens, de mettre fin au bilinguisme institutionnel

Le but poursuivi consiste à s’opposer au bilinguisme institutionnel de l’État québécois, un phénomène croissant. …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes