Accueil / Archives du MQF / Les Québécois se réveillent, dit Louis Plamondon
Article de La Presse Canadienne publié dans le journal Métro le 24 décembre 2011Le député bloquiste Louis Plamondon estime que la réouverture du débat linguistique, notamment à la suite de la nomination d’un entraineur-chef unilingue anglophone chez le Canadien de Montréal, pourrait enclencher un réveil «exceptionnel» des Québécois en terme d’identité.Faisant également allusion à d’autres controverses suscitées par l’embauche d'unilingues anglophones à la Caisse de dépôt et placement du Québec et à la Banque Nationale, M. Plamondon croit que les Québécois ont peut-être réalisé qu'ils «avalaient toutes les couleuvres» sans se plaindre.En entrevue à La Presse Canadienne, le député a déclaré que la promotion de Randy Cunneyworth chez le Tricolore est la goutte qui a fait déborder le vase. Selon lui, il fallait que le débat linguistique se transporte dans le monde du hockey, une religion au Québec, pour que les Québécois se réveillent.Louis Plamondon soutient que le propriétaire et président du Canadien, Geoff Molson, et le directeur général Pierre Gauthier ont très mal analysé la situation, en sous-estimant la sensibilité des Québécois en ce qui a trait à la langue. Il estime que les milieux anglophone et des affaires montréalais sont souvent distants de la réalité québécoise.Voir dans le Métro

Les Québécois se réveillent, dit Louis Plamondon

Article de La Presse Canadienne publié dans le journal Métro le 24 décembre 2011

Le député bloquiste Louis Plamondon estime que la réouverture du débat linguistique, notamment à la suite de la nomination d’un entraineur-chef unilingue anglophone chez le Canadien de Montréal, pourrait enclencher un réveil «exceptionnel» des Québécois en terme d’identité.

Faisant également allusion à d’autres controverses suscitées par l’embauche d’unilingues anglophones à la Caisse de dépôt et placement du Québec et à la Banque Nationale, M. Plamondon croit que les Québécois ont peut-être réalisé qu’ils «avalaient toutes les couleuvres» sans se plaindre.

En entrevue à La Presse Canadienne, le député a déclaré que la promotion de Randy Cunneyworth chez le Tricolore est la goutte qui a fait déborder le vase. Selon lui, il fallait que le débat linguistique se transporte dans le monde du hockey, une religion au Québec, pour que les Québécois se réveillent.

Louis Plamondon soutient que le propriétaire et président du Canadien, Geoff Molson, et le directeur général Pierre Gauthier ont très mal analysé la situation, en sous-estimant la sensibilité des Québécois en ce qui a trait à la langue. Il estime que les milieux anglophone et des affaires montréalais sont souvent distants de la réalité québécoise.

Voir dans le Métro

Commentaires

Voir aussi

vimeo

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *