Maxime Bernier en ajoute sur son blogue

18 avril 2016

Radio-Canada.ca, Presse canadienne, le 6 février 2011 « Après avoir remis en question vendredi la pertinence de la Charte de la langue française, la loi 101, sur les ondes d'une station de radio de Halifax, le député conservateur de Beauce en a ajouté dimanche sur son blogue. (…) Selon lui, la langue française n'a pas besoin d'une législation comme la loi 101 afin d'être protégée. » Lire l'article

 

POLITIQUE

Maxime Bernier en rajoute sur son blogue

PUBLIÉ LE DIMANCHE 6 FÉVRIER 2011 À 17 H 07 | Mis à jour le 6 février 2011 à 17 h 05

Maxime Bernier à la Chambre des communes, en mai 2008

Maxime Bernier   PHOTO : TOM HANSON

Après avoir remis en question vendredi la pertinence de la Charte de la langue française, la loi 101, sur les ondes d'une station de radio de Halifax, le député conservateur de Beauce en a rajouté dimanche sur son blogue.

RADIO-CANADA AVEC LA PRESSE CANADIENNE

Au lendemain d'une multitude de réactions sur ses propos, Maxime Bernier a affirmé que s'il est important « que le Québec demeure une société majoritairement francophone » et que « idéalement, tout le monde au Québec devrait être capable de s'exprimer en français », il ne faut pas « chercher à atteindre cet objectif en restreignant les droits et la liberté de choix des individus ».

Selon lui, la langue française n'a pas besoin d'une législation comme la loi 101 afin d'être protégée. Il ajoute que « le français va survivre si les Québécois chérissent leur langue et veulent la préserver ».

Citant un sondage où une majorité de francophones se disaient d'accord avec le principe de la liberté de choix à l'école, il croit qu'il n'y a pas de « consensus » dans le débat linguistique au Québec.

Concernant la tempête de réactions suscitées par ses propos de vendredi, l'ancien ministre conservateur se dit victime des nombreuses critiques soulevées par ses déclarations. Il a noté que les commentaires à son endroit publiés sur le web avaient été « hargneux ».

Le ministre Cannon n'est pas d'accord

Le ministre conservateur Lawrence Cannon n'est pas d'accord avec les propos de son collègue québécois Maxime Bernier. Sans le désavouer directement, le ministre des Affaires étrangères a rappelé dans une entrevue au RDI que lui-même avait appuyé la loi 101 à l'époque où il siégeait à l'Assemblée nationale.

Certainement, comme Québécois, je suis tout à fait solidaire des décisions et surtout des votes que j'ai pris à l'époque.

Le ministre conservateur Lawrence Cannon

Par ailleurs, en entrevue à La Presse Canadienne, le député libéral de Bourassa, Denis Coderre, a dit regretter l'importance accordée aux propos de Maxime Bernier. Il ajoute que le député conservateur fait passer Sarah Palin, l'ex-candidate républicaine à la vice-présidence des États-Unis, associée au Tea Party, « pour une intellectuelle ».

Partager cet article :