Accueil / Québec / Michel Brûlé veut que Montréal devienne une ville unilingue, francophone

Michel Brûlé veut que Montréal devienne une ville unilingue, francophone

Plusieurs organisations réclament l’arrêt du bilinguisme institutionnel mur à mur comme le fameux «press nine». La position de Michel Brûlé sur l’unilinguisme institutionnel montréalais forcera une discussion sur le sujet non seulement à Montréal, mais dans toutes les administrations publiques sur le territoire québécois.

MQF – 11/04/2017

Pour relancer sa candidature à la mairie de Montréal, l’éditeur de livre Michel Brûlé propose que la ville n’offre que des services en français et du transport en commun gratuit pour tous.

Pour financer les 630M$ que la Société de transport de Montréal (STM) récolte chaque année par les titres de transport payés par ses passagers, M.Brûlé propose d’arrêter de réparer les nids-de-poule dans les rues de la ville, le temps de trouver une solution durable.

«Je dirais aux gens “prenez votre mal en patience”. Boucher les nids-de-poule, ça ne sert à rien. Actuellement, on bouche un nid-de-poule et il est à nouveau brisé 2 jours plus tard», affirme celui qui a reçu un peu plus de 6300 voix comme candidat à la mairie de Montréal en 2013, soit 1,3% des votes.

Il évalue que la Ville de Montréal dépense annuellement 1G$ en travaux de voirie «qui ne durent pas», de l’argent qu’il placerait plutôt dans le financement du transport en commun.

Il estime que les entrepreneurs font exprès pour que l’asphalte se brise facilement. «On aide les petits amis qui s’enrichissent avec des travaux de voirie qui ne durent pas, et c’est tout le temps dix fois trop cher. On nous rit dans la face», s’indigne-t-il.

Le candidat souhaite plutôt prendre le temps de trouver une solution qui serait durable pendant plus de 25 ans, et prendre exemple sur l’asphalte utilisé par le gouvernement allemand.

Michel Brûlé ne s’avance toutefois pas sur le nombre d’années pendant lesquelles les Montréalais devraient conjuguer les nids de poule dans les rues.

«Montréal est un chantier de construction perpétuel, qualifie-t-il. De l’espace, on voit deux choses : la grande muraille de Chine et les cônes orange de Montréal», dit-il à la blague.

Ville unilingue francophone

Le candidat, qui se déclare ouvertement indépendantiste, dit qu’il ferait de Montréal une ville francophone. «For english, press 9», illustre Michel Brûlé.

Tous les services de la Ville seraient unilingues francophones, autant le service du 311 que le travail des élus.

Les anglophones qui ont une question et qui souhaitent se faire répondre en anglais devraient faire une demande spéciale sur le site internet de la Ville.

«Les gens qui ont les mêmes questions seraient convoqués à une rencontre et devraient venir sur place. À cette rencontre, on leur répondrait en français et en anglais», explique Michel Brûlé.

Candidats

Outre Michel Brulé, jusqu’à maintenant seule Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal a confirmé qu’elle se portera candidate à la mairie de Montréal contre le maire actuel, Denis Coderre, qui sollicitera un nouveau mandat.

Le parti Vrai changement pour Montréal n’a pas encore pris de décision s’il présentera ou non un candidat à la mairie.

Le 24 Heures a tenté de contacter l’avocate Anne-France Goldwater, qui n’avait pas fermé la porte à une éventuelle candidature, mais n’a pas obtenu de retour d’appel.

Commentaires

Voir aussi

Immigration : enquête de l’UPAC, cours de français et candidats rejetés

Inquiétant tout ça. Est-ce que l’État du Québec va réagir afin de resserrer les pratiques …

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes