Archives

novembre, 2018

  • 6 novembre

    Langue du travail au Québec : le français est de plus en plus fragile

    Le problème ne réside pas dans le fait que des emplois nécessitent l’usage de l’anglais ou d’autres langues dans les communications avec l’extérieur du Québec. Le problème est que la mondialisation sert de prétexte à un nombre croissant d’entreprises établies ici pour obliger leurs employés à transiger en anglais avec …

octobre, 2018

février, 2018

  • 15 février

    Québec sommé de respecter la loi 104

    14% de la fonction publique à l’anglais comme langue de travail. Cela équivaut à 135 000 emplois et 6 milliards de dollars. Ramener la part du financement des institutions anglophones à la part de la population anglophone (9%), c’est 50 000 emplois de plus en français et 2 000 000 $ en salaire. MQF – 15/02/2018 Le …

janvier, 2018

  • 30 janvier

    Pour une loi 101 2.0

    Effectivement il y a urgence d’agir ; Québec doit renforcer la Charte de la langue française MQF – 30/01/2018 Comme cette chronique porte sur la langue française en dehors du Québec et l’espace francophone, je vous parle rarement de politique linguistique québécoise. Or, cela fait longtemps que je pense que …

  • 25 janvier

    Recul du français au travail

    Rien n’est fait contre le recul du français langue du travail par le gouvernement du Québec ! MQF – 25/01/2018 On s’y attendait. Statistique Canada s’est arrangé pour nous rassurer avec ses nouvelles données sur la langue de travail. Signé Jean-Pierre Corbeil, le document d’analyse Recensement en bref : les langues de …

décembre, 2017

  • 28 décembre

    «Bonjour-hi!», ou laisser le choix de ne pas parler français

    La Charte de la langue française visait « à faire du français la langue de l’État et de la Loi aussi bien que la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires ». La loi 101 n’a pas été conçue contre le bilinguisme …

  • 18 décembre

    Bonjour-hi : les mauvais coupables

    Les responsables sont les élites canadiennes-françaises qui jettent l’éponge et font reculer le dossier linguistique. Comment voulez-vous alors que les entreprises et les non-francophones respectent alors la Charte québécoise de la langue française? MQF – 18/12/2017 Nous parlions du fameux bonjour-hi, mon aînée et moi, quand elle a fait une …

  • 7 décembre

    L’exigence de l’anglais frustre des immigrants francophones

    Des francophones de diverses origines sont également lésés lorsque les droits linguistiques fondamentaux définis par la Charte de la langue française ne sont pas respectés. La violation du droit de travailler en français atteint durement les nouveaux arrivants francisés, à qui on avait dit que le français est la langue …

  • 7 décembre

    Le bilinguisme dans le milieu du travail poursuit sa croissance

    Les seuls motifs valables pour qu’un employeur exige la connaissance d’une autre langue devraient être liés aux relations à l’extérieur du Québec. MQF – 07/12/2017 La proportion des personnes qui travaillent surtout en français a diminué en 10 ans. C’est une tendance connue qui s’impose encore plus nettement : au Québec, …

  • 6 décembre

    Le bonjour-hi et l’uniformisation de la pensée

    La connaissance de plusieurs langues (et notamment de l’anglais) constitue certes un enrichissement individuel ; elle doit nous ouvrir aux autres cultures et non devenir un outil d’assimilation. La mondialisation ne doit pas, en les anglicisant, uniformiser les cultures nationales après les avoir réduites au rang de simples marchandises. MQF …