Valérie Plante et la langue française

Projet Montréal encourage bilinguisme institutionnel. Il est décevant de constater que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, contribue au recul du français, la langue commune et officielle du Québec. Sait-elle que les grands syndicats du Québec dénoncent à l’unisson le bilinguisme institutionnel ?

MQF – 14/01/2018

VIDÉO – Billinguisme institutionnel

Tout le monde aime Valérie Plante. Ou du moins, tout le monde dit l’aimer, même si on découvre encore une fois que la « politique autrement » n’est qu’un slogan parfaitement compatible avec le reniement de ses promesses électorales.

Ces jours-ci, on lui reproche l’augmentation des taxes municipales.

Bilingue

Mais il n’y a pas que ça. Jeudi dernier, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM) nous apprenait que l’administration Plante a présenté son budget de manière intégralement bilingue.

On devine que la SSJBM n’a pas apprécié.

D’ailleurs, son président, Maxime Laporte, a tenu à rappeler à la mairesse que, quoi qu’elle en pense, sa ville est de langue française et que c’est son premier devoir de respecter cela.

Mais la tendance à l’anglicisation de la métropole ne date pas d’hier. Valérie Plante ne fait qu’y céder.

On le sait, certains Montréalais issus de la communauté anglaise et de l’immigration ont un réflexe partitionniste. Ils voudraient séparer Montréal du reste du Québec. Ils s’imaginent la première comme une cité cosmopolite, multiculturelle et branchée, et le second comme un résidu historique peuplé de Québécois de souche unilingues culturellement retardés.

En d’autres mots, le peuple montréalais émergent veut de moins en moins se définir à partir du cadre québécois. Et il fait justement du bilinguisme intégral son marqueur identitaire le plus fort.

Le français doit être présent, à la manière d’un accommodement fait aux francophones, mais ne doit pas prédominer. Concrètement, cela veut dire qu’on peut fonctionner à Montréal sans parler un mot de français. C’est le principe du bonjour-hi.

On en revient au rôle des autorités.

Québec

Que fait la mairesse ? Rappelle-t-elle, malgré tout, que Montréal est une ville française et qu’il faut résister à son anglicisation ?

Ou décide-t-elle de participer à ce mouvement en l’encourageant et en l’accélérant ?

Pour l’instant, elle tourne le dos au Québec.

13/01/2018 – BOCK-CÔTÉ, Mathieu

 

Voir aussi

Langue du travail au Québec : le français est de plus en plus fragile

Le problème ne réside pas dans le fait que des emplois nécessitent l’usage de l’anglais …