COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Le Ministre Couillard octroie un demi-million de dollars à la confrontation juridique

13 mars 2008

Montréal, jeudi 13 mars 2008 — À l’occasion de l’adoption du budget, la Coalition pour l’Hôpital francophone de Lachine et le Mouvement Montréal français (MMF) dénoncent l’allocation d’un demi-million de dollars pour les frais juridiques et de transition au projet du McGill University Health Center (MUHC), afin d’absorber le dernier hôpital francophone de l’Ouest de l’Île de Montréal. Cet argent servira notamment à financer les frais juridiques requis dans la bataille menée afin que les syndicats du MUHC représentent les employés de Lachine.

La fusion forcée est prévue pour le 31 mars. Mais les conventions collectives des syndicats locaux prévoient spécifiquement que les préavis doivent être signifiés quatre mois avant que l’intégration n’entre en vigueur. D’où le combat juridique à prévoir ! Le CSSS Dorval-Lachine-Lasalle a autorisé le transfert des activités de l’Hôpital de Lachine au MUHC le 10 mars 2008 lors d’une assemblée spéciale convoquée à la dernière minute.

L’Agence de la santé de Montréal a accepté le transfert lors d’un conseil d’administration téléphonique le 11 mars 2008. Rappelons que la proposition du MUHC d’intégrer totalement l’Hôpital de Lachine à son réseau n’a été rendue publique que le 14 janvier 2008. Il n’a fallu que deux mois pour que le ministère de la Santé, l’Agence de la santé de Montréal et le CSSS Dorval-Lachine-Lasalle, entérinent ce transfert. La Coalition dénonce la précipitation avec laquelle ces décisions ont été prises, afin de procéder à la cession du dernier hôpital francophone de l’Ouest-de-l’île au réseau anglophone du CUSM. Les employés ont reçu des avis non conformes et qui ne respectent pas non plus les délais prévus aux conventions collectives.

Le SCFP, syndicat affilié à la FTQ a tenu un vote hier, par lequel 80% des employés ont rejeté le projet de fusion. Ils réclament plutôt une affiliation permettant à l’hôpital de garder son conseil d’administration, son accréditation syndicale propre et donc l’assurance de continuer à fonctionner en français. La Coalition pour l’Hôpital francophone de Lachine a déjà reçu l’appui de la FTQ, du syndicat des Professionnel(le)s en soins de santé unis (PSSU), du Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES, section locale 298, FTQ), de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), et de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

Hier, les députés minoritaires libéraux ont refusé que la résolution du Parti Québécois et de l’Action démocratique du Québec soit débattue à l’Assemblée nationale. Cette résolution réclamait un statut autonome pour l’Hôpital de Lachine et donc de surseoir au projet visant à intégrer l’Hôpital de Lachine au MUHC.

Pour Mario Beaulieu, président du MMF, «il est totalement inacceptable que ce gouvernement minoritaire s’acharne à utiliser des fonds publics destinés aux soins de santé pour recourir à la confrontation, plutôt que de laisser en place un milieu de travail harmonieux et performant en respectant l’autonomie du seul hôpital francophone communautaire de l’Ouest de l’Île de Montréal».

Michel Pilon, président de la Coalition pour l’Hôpital francophone de Lachine, ajoute « que par ce geste le Parti Libéral a encore une fois trompé et laissé tomber les 140 000 francophones de l’Ouest-de-l’Île de Montréal. Il a renié la résolution adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 7 juin 2007 dernier. La coalition va continuer de lutter pour que soient reconnus une fois pour toutes les droits des francophones de l’Ouest-de-l’Île de Montréal à des services de santé et services sociaux totalement en français. »

COMMUNIQUÉ

 

Partager cet article :