Contre plus d’anglais à l’ADISQ

28 octobre 2007

CATHERINE HANDFIELD | LA PRESSE | 28/10/2007

ARCHIVES MQF ─ Tandis que les artistes défilaient sur le tapis rouge, des militants pour la langue française protestaient, hier soir. Une cinquantaine d’entre eux ont exprimé leur désaccord face à l’intention d’ouvrir la plupart les catégories du gala aux artistes qui chantent en anglais.

«Dans le contexte actuel d’anglicisation, l’ADISQ se doit de poursuivre sa mission de promotion de la langue française», a dit Mario Beaulieu, président du Mouvement Montréal français. Le groupe de pression organisait le rassemblement.

Le nouveau président de l’ADISQ, Paul Dupont-Hébert, a évoqué la possibilité d’inclure les chanteurs qui s’expriment en anglais dans les plus prestigieuses catégories du gala, la semaine dernière. Une ouverture qui a déplu au Mouvement Montréal français, qui veut faire du français la langue publique commune à Montréal.

«Ce sont des déclarations inquiétantes», a déploré M. Beaulieu. Il a souligné que les prix Juno récompensaient amplement les artistes canadiens de langue anglaise, et que l’ADISQ réservait déjà deux catégories pour langue anglaise, soit celles d’«Album anglophone» et d’«Artiste s’étant le plus illustré hors Québec». Sans entraver l’entrée des invités, les manifestants ont distribué des tracts et scandé quelques slogans.

«Le bilinguisme des institutions amène un recul de français, et c’est ce qu’on veut éviter», a dit Sophie Beaupré, l’une des organisatrices. «C’est un non-sens, a renchéri le militant Guylin Bilodeau. Le Félix a été nommé en l’honneur Félix Leclerc, qui était l’un des grands défenseurs de la langue française. La première mission du gala est de soutenir les artistes qui s’expriment en français. Pourquoi aller contre le mandat?»

 

Partager cet article :