Encore des défis pour le bilinguisme à Ottawa

Un pas important vers l’avant mais…

MQF – 20/12/2017

Le Père Noël est passé avant le 31 décembre 2017 pour les militants francophones. Le rêve de voir la capitale nationale devenir officiellement et symboliquement bilingue en 2017 est exaucé. Ou presque.

La validation du fameux projet de loi 177 à Queen’s a priori réalise le souhait tant espéré. C’est vrai qu’il y aura du changement, que le travail de l’ombre de la députée d’Ottawa-Vanier Nathalie Des Rosiers a payé.

La municipalité d’Ottawa devra maintenant plus de comptes à la province en vertu de la Loi sur les services en français. C’est évidemment un avantage. D’autant que le «chien de garde» François Boileau pourra désormais enquêter plus largement sur les ratés du bilinguisme officiel.

Autre ajout et non des moindres: il sera maintenant impossible pour la Ville d’Ottawa de se passer d’une politique sur les services en français. Un petit doute subsiste: à défaut d’être supprimés, les services pourraient-ils être réduits? Les militants demeurent flous sur cette question.

Pour l’exercice de «réjouissance» vendredi qui se déroulait finalement en dehors de la municipalité d’Ottawa (faute de place, selon l’explication), seul Mathieu Fleury représentait les élus d’Ottawa. Entre les discours de félicitations et le champagne, l’élu de Rideau-Vanier a été peut-être le plus lucide sur la situation du bilinguisme à Ottawa. «Nous avons gagné la bataille de l’officiel, il faut maintenant gagner celle du pratico-pratique.»

Des projets initiaux non suivis dans la loi

Si cette désignation officielle est un pas en avant majeur, rien n’est encore joué du côté de l’amélioration des services en français dans la capitale du Canada. Pis encore, la loi 177 a dilué pas mal des projets initiaux des militants.

Au moment de la relance du projet en 2014, ne parlait-on pas par exemple d’une possible révision de la politique sur les services en français tous les cinq ans? D’une politique d’offre active des services en français plus élaborée notamment pour les bibliothèques, les pompiers ou bien les policiers? Les rapports sur la progression du français et de l’anglais sur la Ville étaient aussi demandés.

À cet égard, les trois millions de dollars alloués annuellement dans le budget de la Ville à la Direction des services en français sont bien trop faibles. Surtout lorsqu’il s’agit de promouvoir avec la visibilité francophone, l’amélioration de l’offre active de services bilingues, ou encore la gestion des plaintes.

Autre défi par exemple que la loi 177 ne règlera pas du jour au lendemain: l’embauche d’unilingue anglophones à des postes-clés. Théoriquement, seuls les candidats bilingues peuvent occupés des postes de haute-gestion dans la Ville. Mais la plupart du temps, les conseillers font fi de ce principe, en accordant des «exceptions» à huis clos. C’est ainsi que Steve Kanellakos est devenu directeur général de la Ville il y a deux ans.

Alerte rouge à la Ville de Toronto

On ne demande qu’à espérer, en se disant que le français est maintenant beaucoup plus respecté qu’avant dans les municipalités ontariennes. Du côté de Toronto, les Franco-Ontariens se sont pourtant fait léser au cours de l’été.

La municipalité a mis fin à une politique active depuis 2002 laquelle obligeait tout document à être traduit en français si un document est déjà traduit dans une autre langue. Une mesure bien loin des premiers mots de John Tory prononcés en français lors de son élection en 2014. Signe que la vigilance et la conscience des défis ne doivent jamais s’éteindre.

17/12/2017 – PIERROZ, Sébastien

 

 

Voir aussi

Quel avenir pour les universités québécoises de langue française sous un gouvernement de la Coalition avenir Québec?

Il faut accroître le financement du réseau universitaire francophone et établir graduellement les subventions du …