Le français dans l’administration publique

19 novembre 2019

En totale violation des politiques relatives à la langue des communications avec les corporations établies au Québec, nos autorités publiques n’hésitent pas à privilégier l’anglais, ce qui est indéfendable.

Pour l’ensemble du Québec, c’est près de la moitié du personnel de l’administration publique qui, dans ses interactions orales avec les personnes morales et les entreprises, doit couramment utiliser la langue de Shakespeare.

À Montréal et Laval, ce chiffre est d’environ 65 %. En Outaouais, c’est 78,3 % ! Quant aux communications écrites, le pourcentage se situe à 39,1 % pour le Québec, 51,2 % dans la région administrative de Montréal et 62,7 % en Outaouais.

Source: étude du Conseil supérieur de la langue française (CSLF)
http://www.cslf.gouv.qc.ca/publications/pubf347/f347.pdf

Partager cet article :