Les délinquants du français

23 septembre 2021

Olivier Faucher, Le Journal de Montréal, 23 septembre 2021

Dix grandes bannières ont accumulé des dizaines de plaintes concernant la langue de service l’an dernier

Les Québécois se plaignent de plus en plus d’entreprises qui enfreignent les règles sur l’affichage et les services en français, décriant particulièrement 10 bannières pour la plupart étrangères.

L’Office québécois de la langue française (OQLF) a dressé le palmarès peu glorieux des 10 entreprises ayant reçu le plus de plaintes en matière de respect de la langue française en 2020-2021, que Le Journal a consulté.

Cette année représente la pire en matière de plaintes déposées à l’OQLF depuis au moins cinq ans, avec un total de 4326, dont 80 % concernent des établissements de la région du grand Montréal. Les 10 grandes bannières de la liste représentent quant à elles 7 % de toutes les plaintes.

En tête, on retrouve Tim Hortons avec 64 plaintes, dont plus de 80 % sont en lien avec la langue de service, suivi de Walmart (43 plaintes) et de Dollarama (40 plaintes).

« Impardonnable »

Le bilan « impardonnable » de ces compagnies montre qu’elles ont un examen de conscience à faire, s’insurge le président de l’organisme Impératif français, Jean-Paul Perreault.

« Ce sont des entreprises qui ont les moyens de respecter l’environnement culturel québécois, mais qui le polluent, […] sapent son identité, et ce, plus de 50 ans après l’adoption de la Charte de la langue française », dénonce-t-il.

Le président du Mouvement Québec français, Maxime Laporte, pense que personne n’est « surpris » de voir les noms sur cette liste.

« Les multinationales se montrent bien souvent moins sensibles quant au statut du français. Une entreprise qui ne daigne pas respecter nos droits fondamentaux édictés par la Charte [de la langue française], il ne faut pas hésiter à la boycotter et à privilégier un concurrent », lance-t-il.

Réforme plus sévère

Le projet de loi 96 sur la refonte de la loi 101, qui est à l’étape des consultations à l’Assemblée nationale, prévoit des mesures plus sévères en matière de langue de service et d’affichage.

Parmi celles-ci, des amendes plus élevées et de nouveaux pouvoirs à l’OQLF, qui pourra exiger des mesures de correction aux entreprises. En ce moment, l’organisme ne peut que sensibiliser. Avec la loi actuelle, une amende n’est donnée que dans moins de 1 % des cas.

L’ex-ministre de la Culture Louise Beaudoin, qui s’est montrée critique envers le projet de loi, pense néanmoins que cet aspect n’est pas négligeable, car l’OQLF, avec ses pouvoirs actuels, ne fait pas assez peur à ceux qui briment la loi.

« Si c’est appliqué, ça devrait changer quelque chose, exprime celle qui a été responsable de faire respecter la Charte de la langue française de 1995 à 1998. Ces entreprises n’auront pas le choix que de faire un virage. »


Cinq entreprises, soit Walmart, IGA, Metro, Dollarama et PFK, ont réagi à notre reportage, souvent en défendant leur respect de la Charte de la langue française et en assurant apporter les corrections appropriées s’il y a une plainte. IGA et Metro ont toutes les deux mentionné être « surprises » de figurer sur cette liste.

ELLES N’ONT PAS RESPECTÉ LES RÈGLES

.

1. Tim Hortons 

CAPTURE D’ÉCRAN TVA NOUVELLES
  • 64 plaintes 

Les plaintes concernent 41 établissements ; 83 % visent la langue de service.


 

2. Walmart 

PHOTO D’ARCHIVES
  • 43 plaintes 

Les plaintes concernent 14 établissements ; 46 % visent la langue de service et 23 %, les produits.


 

3. Dollarama 

PHOTO PIERRE-PAUL POULIN
  • 40 plaintes 

Les plaintes concernent 19 établissements ; 49 % visent l’affichage et 46 %, la langue de service.


 

4. Pizza Pizza

PHOTO COURTOISIE
  • 27 plaintes 

Les plaintes concernent 15 établissements ; 100 % visent la langue de service.


 

5. IGA

PHOTO D’ARCHIVES
  • 25 plaintes 

Les plaintes concernent 13 établissements ; 62 % visent la langue de service.


 

6. PFK 

PHOTO D’ARCHIVES

 

  • 24 plaintes 

Les plaintes concernent 8 établissements ; 92 % visent la langue de service.


 

7. Metro

PHOTO D’ARCHIVES
  • 23 plaintes

Les plaintes concernent 13 établissements ; 59 % visent les produits.


 

8. Canadian Tire 

PHOTO D’ARCHIVES

 

  • 21 plaintes 

Les plaintes concernent 17 établissements ; 43 % visent les produits et 38 %, la langue de service.


 

9. McDonald’s 

PHOTO D’ARCHIVES
  • 20 plaintes

Les plaintes concernent 14 établissements ; 84 % visent la langue de service.


 

10. Domino’s Pizza 

PHOTO D’ARCHIVES
  • 19 plaintes 

Les plaintes concernent 14 succursales ; 83 % visent la langue de service.

Source : Office québécois de la langue française

Partager cet article :