Mars, le mois de la langue française à travers la francophonie.

01 mars 2022

Saint-Jérôme, le 1er mars 2022 — En ce mois de la francophonie, le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) souligne que le Québec est membre de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) regroupant 88 États. Ce fait lui permet de partager la langue française avec plus de 300 millions de locuteurs à travers la planète.

La langue est la richesse essentielle d’une nation. C’est son principal patrimoine. C’est par elle que le peuple québécois définit son identité, transmet sa culture, son savoir-faire et son intégration de la diversité culturelle. Célébrons ses accents, son ton et ses expressions. Il faut maintenir nos efforts pour assurer à la langue française sa pérennité au Québec.

Le MQFL, par son président, Réjean Arsenault, souhaite que le gouvernement du Québec profite de ce mois de la Francophonie pour finaliser son plan concernant l’amélioration de la Loi 101 avec le projet de loi 96. Le mouvement d’anglicisation au niveau des études supérieures est un fait indéniable et de plus en plus documenté. Le MQFL émet le souhait que le gouvernement sache relever le défi, en appliquant la loi 101 au niveau collégial, afin de ralentir ce mouvement d’anglicisation. La démographie nous indique qu’il y a une obligation historique de poser des gestes concrets afin que le français soit la langue d’usage du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires.

Les attentes de la population sont grandes face aux grands enjeux linguistiques. Qu’il suffise de mentionner le très grand défi de la francisation des nouveaux arrivants, la généralisation de l’affichage commercial en anglais et l’attrait omniprésent de la culture anglophone pour illustrer la fragilité du vivre en français au Québec. Ce sont là des enjeux qui font l’objet d’analyses et de commentaires depuis de nombreuses années.

À travers plus de 400 ans d’histoire, le Québec a su intégrer l’apport des autres cultures à la sienne tout en se préoccupant que le français, langue nationale, soit la langue de la cohésion sociale. Le Québec du 21e siècle, ouvert aux nouveaux arrivants avec leur langue nationale, se doit de maintenir cette cohésion sociale, au jour le jour, par la langue commune, le français. Feu Serge Bouchard nous disait « Parlons d’amour en français d’Amérique, parlons humain dans la langue du Québec ».

– 30 –

Source : Mouvement Québec français des Laurentides

Joanne Céré, secrétaire

[email protected]

Partager cet article :