Pl 66 : le gouvernement coule l’anglicisation dans le béton

11 décembre 2020

Le Mouvement Québec français (MQF) condamne vigoureusement l’intention du gouvernement Legault de laisser libre cours, dans le cadre du projet de loi 66, aux inacceptables velléités d’expansion du Collège Dawson et de l’Université McGill. Le tout, en pigeant des centaines de millions de dollars à même les poches des contribuables québécois, eux qui ont pourtant clairement exprimé en avoir marre d’ainsi financer leur propre anglicisation. Ces deux projets constituent rien de moins que le plus gros investissement direct dans l’anglicisation du Québec depuis le déploiement scandaleux du McGill University Health Centre (MUHC) au tournant des années 2010, même s’il était clair que Montréal n’avait aucunement besoin d’un second méga-hôpital universitaire. Il va sans dire, le MQF promet de travailler sans relâche pour que ces chantiers, aussi absurdes qu’anglicisants, ne trouvent jamais leur aboutissement.

Pendant que le gouvernement Legault coule l’anglicisation dans le béton, il entend maintenir le français dans la brume. À genoux devant des institutions anglophones pourtant déjà hyper-hypertrophiées en comparaison du poids démographique réel de la communauté québécoise d’expression anglaise, il appert que le vernis nationaliste de la CAQ tend très facilement à craquer… Or, le Québec français, déjà fragilisé par des années de gouverne irresponsable sur le front linguistique, ne peut absolument pas se permettre un tel manque de courage et de cohérence.

Le gouvernement Legault ne peut, d’une part, solliciter l’appui de la société civile et des groupes voués à l’avancement du français, et d’autre part, se montrer aussi aplaventri sur ce qui se révèle l’enjeu le plus vital pour l’avenir de notre langue commune – a fortiori dans la région métropolitaine –, à savoir le statut et la vitalité du français dans la sphère publique et institutionnelle.

Partager cet article :