Service en anglais à Montréal: la mairesse Plante se dit préoccupée

13 novembre 2020

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fait part vendredi de sa préoccupation sur la situation de français à Montréal à la suite d’un reportage de notre Bureau d’enquête sur la difficulté de se faire servir dans la langue de Molière au centre-ville de la métropole.

• À lire aussi: Incapable d’être servi en français

«J’ai pris connaissance de ce reportage et ce n’est pas acceptable. À Montréal, les clients doivent pouvoir être servis en français. Point à la ligne», a-t-elle soutenu en réagissant à l’article publié vendredi matin.

On y apprend notamment que près d’un établissement sur deux a accueilli la journaliste uniquement en anglais lors d’une série de visites avec des caméras cachées.

«La situation de notre langue commune me préoccupe au plus haut point. Un plan d’action est en préparation à la Ville de Montréal et nous aurons besoin de la collaboration et du soutien financier du [gouvernement du Québec]», a-t-elle fait savoir sur Twitter.

«Il y a une nécessité d’agir et on va agir», a soutenu vendredi le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette.

«Inacceptable »

Le président du Mouvement Québec français estime pour sa part que la situation s’est détériorée. «Il n’y a rien de surprenant là-dedans. C’est une tendance lourde», a expliqué Maxime Laporte en entrevue à TVA Nouvelles.

«Le temps n’est plus au diagnostic. Le temps est à l’action, a-t-il ajouté. On exige qu’il y ait un plan de réforme de la loi 101 […] qui soit déposé imminemment.»

Pour sa part, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a soutenu que «le français doit redevenir notre langue commune. Et pour y arriver, on doit absolument rebâtir le camp du OUI».

«25 ans après qu’on se soit dit NON, voici ce que nous récoltons. Est-ce que c’est le Québec que nous voulons?» a demandé le nouvel homme fort du Parti québécois.

La députée libérale Hélène David a qualifié la situation d’inacceptable.

«Au Québec, on doit accueillir et servir en français dans les commerces! Point à la ligne! Un commerce sur deux accueille en anglais. Inacceptable», a-t-elle indiqué sur Twitter.

Partager cet article :