Services offerts au public : Projet Montréal fait le choix du bilinguisme

26 octobre 2017

De toute évidence, Projet Montréal fait le choix du bilinguisme institutionnel. Il est décevant de constater que la candidate à la mairie de Montréal, Valérie Plante, progressiste reconnue, contribue au recul du français, la langue commune et officielle du Québec. Pourtant, les grands syndicats du Québec dénoncent à l’unisson le bilinguisme institutionnel.

MQF – 26/10/2017

[button color= »blue » size= »small » link= »https://vimeo.com/215862589″ icon= » » target= »true »]VIDÉO – Qu’est-ce que le bilinguisme institutionnel? [/button]

[button color= »blue » size= »small » link= »https://vimeo.com/215839123″ icon= » » target= »true »]VIDÉO – Qu’est-ce qu’une langue commune?[/button]

[otw_shortcode_divider margin_top_bottom= »30″ text_position= »otw-text-left »][/otw_shortcode_divider]

Il est décevant de constater que la candidate à la mairie de Projet Montréal, Valérie Plante, progressiste reconnue, contribue au recul du français, la langue commune et officielle du Québec.

Le 23 octobre dernier, une plublication Twitter de Projet Montréal a suscité des inquiétudes chez les Montréalais.

«It’s very important citizens receive services in the language they are comfortable with.»

Ce court message rédigé en anglais annonce ─ implicitement ─ que Projet Montréal considère important que les services publics à la Ville de Montréal soient offerts en anglais ou en français.

Toutefois la Charte de la ville de Montréal confirme Montréal comme étant une ville de langue française.

Croyez-vous que Projet Montréal bafoue alors la Charte de la Ville de Montréal ?

De toute évidence, Projet Montréal fait le choix du bilinguisme institutionnel.

Pourtant, les grands syndicats du Québec dénoncent à l’unisson le bilinguisme institutionnel.

 

 

Partager cet article :